Amis dans la vie, rivaux en piste

Sur les pistes du big air et du slopestyle, en fin de semaine, trois amis, trois rivaux qui font la pluie et le beau temps dans le monde du surf des neiges.
Maxence Parrot, Sébastien Toutant et Mark McMorris se pointent à Québec parmi les favoris dans les deux épreuves du Jamboree. Car oui, les trois hommes seront à l'îlot Fleurie pour le big air, samedi, et à Stoneham pour le slopestyle, dimanche. Principales raisons qui font du Canada le pays à battre, ils mènent un contingent de 17 Canadiens à Québec, seulement en snowboard. Les voilà en même temps dans la capitale pour la première fois.
Entre les trois jeunes athlètes, une amitié tenace malgré leur rivalité, leur désir de vaincre. «On se connaît depuis qu'on est vraiment jeunes. Écoute, je connais Mark depuis que j'ai 13 ans. On a grandi ensemble sur la scène internationale. Max est arrivé un petit peu plus tard, quand j'avais 18, 19 ans. On est tous des bons amis, même si la compétition est assez élevée et qu'on veut tous gagner», a dit Toutant lors de la conférence de presse du lancement du Jamboree, mardi, à l'îlot Fleurie.
«On voyage pas mal toujours ensemble, surtout Sébastien et moi. Je passe énormément de temps avec lui. C'est une très bonne amitié», a affirmé Parrot à son tour, dans un froid qui rappelait celui de la finale du big air de l'an dernier, où il s'était imposé.
Jamais de tension dans leur relation, si l'on se fie aux deux Québécois. «C'est sûr qu'on est des gars compétitifs, mais ça reste toujours amical, dit Toutant, de Repentigny. C'est ce qui est cool du snowboard. On est comme une grosse famille : peu importe qui gagne, on va être contents pour cette personne-là.»
«Moi, mon but, c'est pas de battre Sébastien, Mark ou un autre rider, ajoute Parrot. Mon but, c'est de me battre moi-même. D'être à mon meilleur cette journée-là.»
Parrot le favori
Ni l'un ni l'autre ne l'ont affirmé, mais si l'on se fie aux résultats récents, Parrot se pointe comme favori. L'athlète de 22 ans vient de remporter l'or trois fins de semaine consécutives. D'abord lors d'une Coupe du monde en Suisse (slopestyle), ensuite au big air des X Games - son troisième triomphe en quatre ans - et finalement au Air & Style (big air) d'Innsbruck, en Autriche. En Suisse, il a dominé un podium tout canadien, devant McMorris et Tyler Nicholson, lui aussi présent à Québec. «C'est un début de saison exceptionnel», a dit Parrot, auteur de six podiums en huit épreuves.
Une dizaine d'athlètes peuvent toutefois prétendre à la victoire, selon Toutant, deux fois médaillé d'or aux X Games en slopestyle (2011 et 2013). Après quelques podiums en début de saison, il a souvent raté ses «trucs» de fin de compétition, tentant le tout pour le tout pour atteindre l'or, en vain. Il a entre autres terminé quatrième des X Games, il y a une dizaine de jours.
Quant à McMorris, absent mardi lors de la conférence de presse, son palmarès est déroutant. L'athlète de Regina possède 12 médailles des X Games, dont six d'or. À seulement 23 ans.
Ils montent souvent sur le podium, mais les trois hommes sont aussi reconnus pour faire évoluer leur sport grâce à de nouveaux sauts. L'un des plus récents - et des plus impressionnants - vient de Parrot, un «quadruple underflip» réussi aux X Games.
Dans ce sport en progression constante, côtoyer des rivaux qui nous tirent vers l'excellence est primordial, croient Toutant et Parrot. «Ça aide à se pousser pour apprendre de nouvelles figures. C'est un sport qui n'arrête jamais d'évoluer. Si c'était toujours les mêmes figures qu'on devait faire pour gagner, ça deviendrait redondant et plate pour les athlètes», conclut Toutant, le «vétéran» du trio à... 24 ans.
La meilleure cuvée d'athlètes de l'histoire du Jamboree
Le Jamboree 2017 voit débarquer à Québec la meilleure cuvée d'athlètes de ses 12 ans d'histoire. «Jamais vécu ça!» lance Chantal Lachance, vice-présidente de Gestev. «On a toujours rêvé à ce genre de liste d'athlètes, mais c'est la première fois.» L'arrivée officielle de deux nouvelles disciplines dans la programmation explique en partie ce phénomène. Pour la première fois cette année, les Coupes du monde de ski s'ajoutent à celles de surf des neiges, autant en big air qu'en slopestyle, autant chez les hommes que chez les femmes. Huit Coupes du monde seront donc disputées en fin de semaine; 24 médailles seront remises.
«J'aime dire que ça va être gros, ça va être nouveau sur toute la ligne», a souligné Lachance, en marge de la conférence de presse lançant les activités, mardi.
En surf des neiges, les Canadiens Mark McMorris, Maxence Parrot et Sébastien Toutant (voir autre texte) sont les têtes d'affiche, tout comme Laurie Blouin, une athlète de Stoneham. En ski, la médaillée olympique Kim Lamarre, de Lac-Beauport, s'élancera devant les siens. Un autre favori local, Alex Beaulieu-Marchand, a aussi des chances de médaille. Tout ça sans parler de solides athlètes internationaux comme le Belge Seppe Smits, le jeune Norvégien de 17 ans Marcus Kleveland et l'Américaine Jamie Anderson, gagnante du big air l'an dernier.
Processus olympique
La majorité des épreuves de la fin de semaine font partie du long processus de sélection olympique pour plusieurs pays, ce qui explique aussi le niveau relevé.
Le big air aura lieu samedi, à l'îlot Fleurie. Après un an d'absence, le slopestyle est de retour à Stoneham, dimanche. Près de 300 athlètes de 30 pays seront en action. Le Globe de cristal du big air en surf des neiges sera aussi remis à Québec.
Comme à l'habitude, ces rendez-vous sportifs sont agrémentés d'une foule d'activités connexes, trop nombreuses pour être énumérées d'ici la fin de ce court texte. Pour tous les détails, consultez le snowjamboree.com.