Le documentaire Alphée des étoiles de Hugo Latulippe (notre photo), qui était lui aussi inscrit en compétition officielle du Baja International Film Festival de Los Cabos au Mexique, a de son côté obtenu une mention spéciale.

Alphée des étoiles: une année en Alphélie

Pour tout parent, la venue au monde d'un enfant handicapé constitue un événement qui défie l'entendement. Il y a huit ans, Hugo Latulippe et sa conjointe, Laure Waridel, ont vécu ce «cataclysme» avec l'arrivée de leur petite Alphée, atteinte d'un syndrome génétique rare. «Sûrement la chose la plus intense qui peut arriver dans une vie», confie le réalisateur.
Dans un magnifique élan d'amour et de générosité, l'auteur de Ce qu'il reste de nous a passé un an à suivre sa fillette, avec sa caméra, dans un microcosme suisse, histoire de lui permettre de faire des apprentissages susceptibles de faciliter son intégration dans une classe normale, une fois de retour au pays.
Le documentaire Alphée des étoiles est le résultat de cette «année en Alphélie». Un film tourné à hauteur d'enfant, où la fillette de cinq ans, rieuse et spontanée, découvre son nouveau monde, à son rythme, dans l'instant présent, loin de la tourmente de la ville.
Le couple avait une chance sur 65 000 que son enfant développe le syndrome Smith-Lemli-Opitz. Heureusement, la petite Alphée était porteuse de la forme la plus légère. Depuis sa naissance, l'enfant défie tous les pronostics médicaux. «Tous les experts cherchaient à la mettre dans une case, c'en était quasiment drôle. Alphée est une petite personne un peu insaisissable, avec une certaine part de mystère.»
Papa à temps plein
Pendant ce séjour d'un an en Suisse romande, dans le village natal de Laure Waridel, l'écosociologue bien connue, Hugo Latulippe s'est payé le luxe de prendre tout son temps, ce temps qui échappe trop souvent aux parents, pour vivre «dans les souliers» de sa petite Alphée, «prisonnière d'un corps qui ne répond pas encore bien aux commandes».
Dans le décor enchanteur des Alpes, entre Lausanne et Fribourg, Hugo Latulippe a filmé la petite Alphée dans sa découverte de son nouveau décor rural, en compagnie de sa conjointe et de son fils aîné Colin.
«Je me suis déplogué du monde entier pour être avec elle pour vrai», explique le cinéaste originaire de Lac-Beauport. «Je me suis offert le fantasme d'être un papa complètement disponible. Je voulais un théâtre pour la mettre en scène. Je l'ai joué, la Suisse, du point de vue cinématographique...»
Forte et déterminée malgré sa petite taille, Alphée ne se lasse pas d'escalader les montagnes avec son papa et son grand frère. Dans une classe de prématernelle, elle apprend à sociabiliser avec les autres enfants, tout cela au fil de son monde imaginaire, peuplé d'animaux et d'un certain Tintin...
«Elle est très forte, Alphée. Elle pouvait marcher pendant huit heures sans se fatiguer. Mais Alphée, elle est surtout heureuse. Pour elle, la vie est un gros party. Elle se lève le matin et elle est contente.»
Ce séjour suisse avait surtout pour objectif de préparer le mieux possible la petite Alphée à l'intégration d'une classe normale. Les parents ont senti que les autorités scolaires de leur quartier les incitaient subtilement à regarder vers une école spécialisée pour leur fille. Hugo Latulippe n'est pas un partisan de l'intégration à tout prix, mais il savait qu'Alphée, malgré son handicap, possédait des aptitudes lui permettant de rejoindre une classe normale.
L'expérience européenne lui a donné raison. À son retour au Québec, la petite famille s'est installée dans un village où Alphée fréquente depuis le mois dernier une classe de première année, même si elle a huit ans. «Ça va super bien. Bien sûr, elle va moins vite que les autres dans les apprentissages, mais elle y arrive.»
Pour la suite des choses, le jeune papa fait confiance à la vie. «Notre job de parent, c'est de faire en sorte qu'elle conserve cette confiance en elle qui n'a jamais encore été ébranlée. C'est ce qui va faire toute la différence.»
Dans notre monde centré sur l'image et la performance, l'histoire de la petite Alphée fait figure d'exemple. Et si nos différences, au lieu de nous éloigner de l'autre, nous aidaient à grandir ensemble?
Au générique
Cote: *** 1/2
Titre: Alphée des étoiles
Genre: documentaire
Réalisateur: Hugo Latulippe
Avec: Alphée Waridel-Latulippe, Hugo Latulippe, Colin Waridel-Latulippe et Laure Waridel
Salle: Le Clap
Classement: général
Durée: 1h22
On aime: la leçon sur notre rapport aux marginaux, découvrir une enfant débordante de détermination et de joie de vivre, les paysages de la Suisse magnifiquement filmés
On n'aime pas: -