Le duo garage rock The Kills qu'elle forme avec Jamie Hince accapare actuellement tout le temps d'Alison Mosshart, mais la chanteuse n'abandonne pas pour autant The Dead Weather, un projet musical «magique» aux côtés de Jack White.

Alison Mosshart: l'école de la vie

La chanteuse Alison Mosshart du duo garage rock The Kills, qui se produira sur les plaines d'Abraham tout juste avant Queens of the Stone Age, affirme n'avoir aucune difficulté à naviguer entre la paire qu'elle forme avec le musicien (et mari de la mannequin Kate Moss) Jamie Hince et le projet The Dead Weather, où elle est aux côtés de Jack White, du guitariste des Queens Dean Fertita et du bassiste des Raconteurs Jack Lawrence.
«Présentement, je me consacre surtout à The Kills, et nous travaillons tous les jours sur le nouvel album qui devrait paraître bientôt, je me croise les doigts!» lance Mosshart en entrevue téléphonique avec Le Soleil, ajoutant du même souffle qu'il n'était pas question que ce prochain effort s'inspire du reggae et du dubstep.
«Ah! Ça, ce n'est pas vrai du tout!» lance d'ailleurs la chanteuse en réponse à un article paru à la fin du mois de mai dans le magazine britannique New Musical Express. «On peut dire que j'ai été mal citée là-dessus», a résumé la chanteuse, qui ne s'est toutefois pas avancée davantage quant à la facture musicale du quatrième album du duo américano-britannique.
Même si elle fait des tournées depuis 1993, alors qu'elle était la leader du groupe punk Discount, la chanteuse de 36 ans native de la Floride avoue qu'elle en apprend encore tous les jours sur la vie d'artiste. 
«Oui, j'ai appris beaucoup. Quand j'avais 16 ans, j'avais demandé à mon directeur d'école la permission de rater des cours pour aller présenter des spectacles au Japon. Il avait dit oui tout de suite, signalant que j'allais probablement apprendre davantage en vivant cette expérience que sur les bancs d'école», se souvient-elle, avouant qu'avant d'avoir 21 ans, elle devait passer de longues heures assise à l'extérieur des bars où son groupe jouait et où elle ne pouvait entrer qu'au moment du spectacle.
Celle qui faisait déjà des tournées du Canada et des États-Unis à l'âge de 14 ans précise toutefois qu'elle faisait généralement coïncider tournées et congés scolaires. «L'été, les Fêtes, le spring break, ça voulait dire partir sur la route! C'était tellement agréable, c'était ce qu'il y avait de plus fantastique au monde», se remémore Alison Mosshart.
Poste et télé
Elle a d'ailleurs lancé The Kills après avoir rencontré Hince lors d'une tournée en Europe. Par la suite, elle a commencé à écrire des chansons avec lui en échangeant des idées... par la Poste avant de déménager elle aussi au Royaume-Uni. «Je n'avais pas de courrier électronique à l'époque, alors on utilisait la Poste. Je l'utilise toujours d'ailleurs, j'écris toujours des lettres. Je dois faire vivre le service postal à moi toute seule!» blague-t-elle.
Par ailleurs, Alison Mosshart dit maintenant voir la télé comme un véhicule plus efficace que la radio pour faire connaître les pièces de son groupe. The Kills a d'ailleurs vu ses oeuvres figurer dans plusieurs séries télé comme 90210, House, Gossip Girl, True Blood, The Vampire Diaries et The Good Wife.
«Tu sais, il y a beaucoup de gens qui regardent la télé, probablement plus qu'il y a de gens qui écoutent la radio. Et en plus, c'est agréable d'entendre une chanson que tu aimes dans une émission que tu écoutes!» avance-t-elle, avouant également être une fan finie de Gossip Girl, dont l'une des vedettes, Taylor Momsen, sera au Festival d'été de Québec avec son groupe The Pretty Reckless deux jours après The Kills.
«Vraiment? Elle sera au Festival elle aussi? Je ne le savais pas du tout! C'est vrai que je connais des gens qui ont joué dans cette série, mais je ne connais pas Taylor personnellement. Mais c'est aussi un fait que j'adore cette émission.»
Finalement, Mosshart ajoute que The Dead Weather, qui a fait paraître un simple l'an dernier, lancerait éventuellement un troisième album qui succéderait à Sea of Cowards, paru en 2010.
«Ça va arriver... Tu sais, ce projet est une longue histoire, car au départ, on ne croyait pas du tout que ça prendrait cette ampleur», explique-t-elle à propos du groupe qui a vu le jour en 2009. «Je connais Jack White depuis que The Kills existe, c'est-à-dire le début des années 2000. C'est l'une des premières personnes que j'ai rencontrées quand j'ai lancé le groupe», raconte-t-elle.
«The Dead Weather, c'est presque quelque chose de magique. C'est arrivé comme ça, ce n'était pas planifié. Je suis allée à Nashville au studio que Jack venait de finir de bâtir pour voir comment ça sonnait. En fin de compte, on a écrit des chansons pendant toute la journée et on a continué quelques mois plus tard», poursuit-elle.
«Une chose menant à l'autre, nous avons fait un album de ces enregistrements. Avec un album, il fallait partir en tournée, puis nous avons fait un autre album...», résume-t-elle.
Vous voulez y aller?
Qui: The Kills
Où: plaines d'Abraham
Quand: 10 juillet, 20h15
Billets: laissez-passer
Tél.: 418 523-4540