Muni de skis flambant neufs, le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges a franchi la distance en 32:46,02, six secondes plus rapidement que le toujours dominant Martin Johnsrud Sundby, premier au classement général.

Alex Harvey «sur un nuage»

Alex Harvey se sentait «sur un nuage» quelques heures après sa course de samedi. Normal, il venait de survoler la piste d'Ulricehamn pour remporter sa première victoire lors d'une épreuve individuelle de la Coupe du monde cette saison. «Une super journée», a-t-il lancé.
Il s'agit de sa deuxième médaille d'or consécutive, après son titre au relais avec son compatriote Len Valjas, dimanche dernier. Son cinquième triomphe en solo en carrière. Harvey n'était pas monté seul sur la première marche du podium depuis sa victoire à Falun, aussi en Suède, en mars 2014.
Détenteur du meilleur temps à mi-parcours, il n'a jamais été inquiété par ses adversaires, pourtant de grand calibre, lors de ce 15 kilomètres style libre disputé en Suède. Il a tout donné pendant le sprint final, s'effondrant sous le poids de l'effort tout juste après la ligne d'arrivée.
Harvey l'assure : il s'agit de sa victoire la plus satisfaisante en carrière. Car elle survient lors d'un type d'épreuve qui était jadis sa faiblesse. «Je me suis beaucoup amélioré dans les dernières années aux 15 kilomètres individuels, c'était une épreuve pas mal dans les moins bonnes pour moi dans le passé. [...] Départ individuel, comme ça, c'est le ski de fond dans son état le plus pur. C'est toi contre toi-même, toi contre la piste.»
Muni de skis flambant neufs, le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges a franchi la distance en 32:46,02, six secondes plus rapidement que le toujours dominant Martin Johnsrud Sundby, premier au classement général. Le Suédois Marcus Hellner a complété le podium, 14,3 secondes derrière Harvey. Vainqueur du Tour de ski il y a deux semaines, le Russe Sergey Ustiugov était absent.
Le Québécois s'est dit étonné par la rapidité avec laquelle il a pris le contrôle de cette épreuve. «Après deux ou trois kilomètres, j'étais cinquième, et déjà à la mi-course, j'étais premier. Honnêtement, j'étais un peu surpris. Par le passé, les courses où je faisais bien, c'était souvent à la fin que je remontais. Mais [samedi] je sentais que je restais à l'intérieur de mes limites, je n'étais pas dans le rouge à la mi-course. Après ça, je savais que j'étais en train d'avoir une super journée.»
Ses compatriotes n'ont pas réussi à percer le top 30. Valjas a terminé au 35e rang, tandis que l'Ontarien Devon Kershaw a pris le 38e.
Harvey connaît depuis quelques semaines les meilleurs moments de sa saison. Auteur d'un podium lors d'une épreuve du Tour de ski, il a pris le septième rang au cumulatif de cette compétition, début janvier. Il occupe la quatrième place dans la quête du Grand Globe de cristal.
Les skieurs remettent ça dès dimanche avec un relais 4 X 7,5 kilomètres.
Browne à son meilleur
Chez les femmes, la Norvégienne Marit Bjoergen a remporté le 10 kilomètres style libre grâce à un temps de 23:46,3. La Finlandaise Krista Parmakoski (à 10,7 secondes) et la Suédoise Charlotte Kalla (à 24,9) sont aussi montées sur le podium. Sixième samedi, Heidi Weng (Norvège) domine toujours au classement cumulatif de la Coupe du monde devant Parmakoski.
La Québécoise de 23 ans Cendrine Browne a pris le 35e rang à 1:52 de la gagnante. Il s'agit du meilleur résultat en carrière en Coupe du monde pour l'athlète de Saint-Jérôme, qui s'entraîne au Centre Pierre-Harvey. L'an dernier, elle avait terminé 38e d'une étape du Tour de ski du Canada, à Canmore.
«J'ai vraiment bien skié. Je suis si près du top 30 alors c'est super excitant, même si je suis un peu déçue de ne pas l'avoir atteint aujourd'hui», a réagi Browne en entrevue à Sportcom.