Alex Harvey a mené la première moitié du skiathlon, une épreuve qui combine 15 km de style classique et 15 km de style libre. Le Québécois s'est finalement classé en troisième position à 1,6 seconde du meneur. Les Championnats du monde, qui ont lieu à Falun en Suède, se terminent dimanche prochain.

Alex Harvey: premier Canadien à remporter deux médailles aux mêmes Mondiaux

Où s'arrêtera Alex Harvey? Deux jours après sa deuxième place au sprint des Championnats du monde, l'orgueil de Saint-Ferréol-les-Neiges a confondu les sceptiques en terminant troisième en longue distance, soit le skiathlon de 30 km.
Harvey devient le premier dans l'histoire du ski de fond canadien à gagner deux médailles au cours des mêmes Mondiaux. Mais autant il paraissait encore frais après l'épreuve de jeudi, autant il a dû vider son réservoir d'énergie pour grimper à nouveau sur le podium.
«À l'arrivée, j'étais vert!» a-t-il lancé en riant, quand Le Soleil l'a joint à Falun, en Suède, lieu des Championnats du monde pour encore une semaine. C'est ainsi qu'il prend congé complet dimanche, jour du sprint par équipe. Il ne reviendra en course que vendredi, avec le relais à quatre, puis dimanche prochain, pour l'épreuve maîtresse de 50 km, son principal objectif.
Parmi les auteurs des 10 meilleurs temps de samedi, seulement deux avaient pris le départ du sprint 48 heures plus tôt. Harvey était le seul du top cinq. Le vainqueur de jeudi, Petter Northug (+ 39,2 s), a fini 11e. Le Russe Maxim Vylegzhanin (1h16:25,9) a eu le dessus, devant le Suisse Dario Cologna (+ 0,4 s) et Harvey (+ 1,6 s), qui a dépassé le Norvégien Didrik Toenseth (+ 3,4 s) dans le dernier droit.
Cuisine du chef
Le Québécois de 26 ans porte sa récolte personnelle à quatre médailles en trois Championnats du monde. On peut aussi affirmer sans se tromper qu'il vit une réelle période de grâce : trois podiums à ses trois dernières courses dans un intervalle de huit jours.
Des succès que Harvey explique par trois raisons. «Un, la forme, pour être capable de récupérer du sprint comme ça en deux nuits. Deux, j'avais des super skis du début à la fin», grand merci aux farteurs.
«Et trois, toutes les autres équipes logent à l'hôtel, tandis que nous, nous avons loué trois maisons», révèle-t-il. «On a un chef cuisinier qui fait nos repas et on a chacun sa chambre, ce qui nous permet de se coucher à l'heure qu'on veut le soir et de bénéficier de plus d'espace et de tranquillité.
«L'équipe canadienne est plus petite que celles des autres pays, la logistique est donc moins compliquée. Ça nous permet d'aller chercher ce petit avantage dans les grands championnats. La dernière fois qu'on avait loué des maisons comme ça, c'était aux Jeux de Vancouver», explique celui qui s'était alors classé trois fois parmi les 10 plus rapides en cinq épreuves, à seulement 21 ans.
Jambes qui bloquent
Le skiathlon combine 15 km au pas classique et 15 km en style libre. Harvey a passé la première moitié en tête à cause d'une forme splendide accordée à des skis du tonnerre, mais il se tenait ensuite à l'avant afin de ralentir le peloton.
Au pas de patin - et ça s'aggrave en montée -, il expérimente des troubles de circulation sanguine dans les artères de ses jambes. Il a ainsi été retroussé en septième position aux deux tiers du trajet sans pouvoir répondre à l'attaque de Cologna. Mais il n'a jamais baissé les bras, sachant que les deux derniers kilomètres se livraient dans un faux-plat montant, sa spécialité.
Alex sur le podium
CHAMPIONNATS DU MONDE
2015 (Falun) 2e skiathlon 3e sprint classique
2013 (Val di Fiemme) 3e sprint classique
2011 (Oslo) 1er sprint par équipe
COUPE DU MONDE (incluant Tour de ski)
2015 (Ostersund), 2e sprint classique
2014 (Falun), 1er skiathlon
2013 (Szklarska Poreba), 1er sprint libre
(Lenzerheide), 2e sprint libre
(Oberhof), 1er prologue 4,5 km
(Val di Fiemme), 3e 15 km classique
2012 (Falun) 2e 15 km poursuite libre et 1er 3,3 km libre
(Lahti) 3e skiathlon
(Val di Fiemme),2e 20 km classiquedépart groupé
2011 (Drammen),2e sprint libre
2009 (Trondheim)3e 50 km classique
<p>Alex Harvey pose avec sa médaille de bronze du skiathlon. Avec l'argent du sprint de jeudi, il a maintenant deux médailles aux Championnats du monde 2015, et il lui reste encore deux épreuves à disputer. </p>
«Il a fait trois fois plus que moi»
Alex Harvey éblouit tout le monde. Même son père, qui a pourtant déjà été à sa place. Peut-être à cause de ça, en fait. «Il a fait trois fois plus que moi!» s'exclame Pierre Harvey.
Le paternel était encore plus épaté qu'après la médaille d'argent de jeudi, si cela est possible. «Il volait!» a-t-il lancé comme seule explication, après avoir regardé la course par ordinateur. Harvey père suit de la maison les exploits de fiston aux Mondiaux. Maman est sur place, à Falun. Mireille Belzile allie les rôles de mère et de médecin de l'équipe canadienne de ski de fond.
«C'est presque un miracle qu'il ait comblé l'écart avec la tête [dans le dernier tiers], c'est vraiment impressionnant. Pour le sprint de la fin, c'est comme s'il avait un piton turbo et que la course venait de recommencer. Et il avait des skis extraordinaires, il avait des bombes dans les pieds», analyse Pierre Harvey.
Premier athlète masculin canadien à participer la même année aux Jeux olympiques d'été (1976 et 1984), en cyclisme, et d'hiver (1984 et 1988), en ski de fond, l'homme d'aujourd'hui 57 ans a aussi été le premier Canadien à gagner une épreuve internationale de ski de fond, un 30 km en style libre de Coupe du monde, en 1987, à... Falun.
Il récoltera trois victoires de Coupe du monde au cours de sa carrière de fondeur. «Dans mon temps, on avait une douzaine d'étapes par saison, maintenant ça doit être une vingtaine. Je n'ai jamais eu de médaille aux Championnats du monde, Alex en a déjà quatre. Et il a 12 podiums en Coupe du monde!»
Celui que l'on ne reconnaîtra peut-être un jour que comme le père d'Alex remarque la progression constante en piste de l'aîné de ses trois enfants. «Et cette année, il a monté d'une coche. Depuis le début de la saison, il est souvent dans le top 10 [neuf fois en 20 courses, 12 tops 15].»
Dans le trio de tête
Il n'hésite plus à classer Alex aux côtés des géants du moment, les Petter Northug fils (11e hier), Dario Cologna (2e) et Martin Johnsrud Sundby, forfait pour cause de maladie depuis le début des Mondiaux. Ils forment le trio de tête au classement actuel de la Coupe du monde. «Sur l'ensemble de la saison, je le place parmi les cinq meilleurs skieurs au monde», tranche Harvey père.
En Suède, l'entraîneur Louis Bouchard se disait tout aussi impressionné. «À chaque course, Alex a des chances et je le dis souvent, il est médaillé dans plusieurs épreuves. Mais c'est dur en maudit de gagner deux médailles consécutives aux Championnats du monde. C'est assez spécial», constate avec joie celui qui suit Harvey fils depuis plusieurs années.