Contraint d'abandonner la course de vendredi, Alex Harvey (à gauche) garde confiance pour le sprint par équipe de mercredi.

Alex Harvey convaincu que les farteurs vont se reprendre

Au lendemain d'une seconde catastrophe technique, Alex Harvey désamorçait la crise qui secoue l'équipe canadienne de ski de fond aux Jeux olympiques. «Ce n'est pas la panique à bord, j'ai encore confiance aux gars», disait-il en référence aux techniciens qui ne parviennent pas à trouver la bonne recette, comme l'ont fait Suédois, Norvégiens et Suisses jusqu'à présent.
Samedi, on a confirmé que le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges renonçait au relais 4 X 10 km disputé dimanche au Centre de glisse Laura, à Krasnaïa Poliana. Même chose pour son coéquipier Devon Kershaw, qui avait aussi fait l'impasse au skiathlon de 30 km en ouverture de la quinzaine olympique.
«J'ai fait toutes les courses depuis le début des Jeux, ça ne donnerait rien d'aller dépenser de l'énergie dans le relais trois jours avant le sprint par équipe. J'aime le relais, c'est toujours la course la plus le fun, et même si tout peut arriver, il faut être rationnel», soulignait Harvey, quelques minutes après avoir vu le Canada prendre le dernier rang du relais féminin, inexpérience oblige. Dimanche, Ivan Babikov, Len Valjas, Jesse Cockney et Graeme Gillick prendront le départ.
Récemment, on a surtout parlé des déboires de l'équipe en raison de l'absence de résultat à la hauteur des attentes personnelles de chacun. Les mauvais choix de fart y sont pour beaucoup dans cette situation. Outre Harvey, Kershaw disait aussi «ne pas avoir eu l'équipement» pour faire mieux au 15 km en style classique, vendredi. Pendant que l'un abandonnait au 10e km, l'autre se battait pour finir 35e.
«Les farteurs sont motivés, ils vont se reprendre. Je leur ai parlé après la course de vendredi, ils ont tenu une réunion d'une heure et demie avec les entraîneurs, et depuis, je pense qu'ils ont trouvé quelques réponses. Peut-être pas toutes, mais certaines qui pourraient nous aider. Aujourd'hui [samedi], je suis sûr qu'ils ont essayé des trucs différents et Dasha [Gaïazova] a quand même eu un bon temps dans sa portion du relais», expliquait Harvey. Gaïazova disait avoir eu de «très bons skis» après sa sortie.
L'oeil sur la météo
Harvey voit bien que les pays scandinaves maîtrisent mieux les conditions actuelles, où la chaleur intense complique la vie des spécialistes du fart. Mais sur les cartes météorologiques de l'équipe, on perçoit un refroidissement dans les jours à venir, ce qui pourrait aider les farteurs à offrir des planches plus efficaces, peu importe l'état de la neige.
«Je me répète, mais ça arrive. Il y a des journées où ta forme est excellente, mais les skis ne suivent pas. À d'autres moments, tu n'es pas à 100 %, mais ils te donnent de super bons skis. En ski de fond, gagner est une chose assez complexe, on le voit bien, et ça te fait juste apprécier encore plus les victoires.»
En congé pour le relais, Harvey et Kershaw feront le sprint par équipe, mercredi. Et pour la première fois depuis le Championnat du monde de 2011, où ils l'avaient emporté, l'épreuve sera en style classique. De quoi leur remonter le moral.
«Le style classique nous convient. Le team sprint est pas mal la seule chance qu'on a, il faut se concentrer là-dessus. Ce qu'on vise, c'est une médaille. La forme est là», admettait Harvey.
Reste à voir si l'équipement sera au rendez-vous!