Agression au poing américain dans le stationnement d'un McDo

Les policiers de Lévis ont mis la main au collet de deux suspects, mercredi, en lien avec une agression au poing américain survenue le 3 avril dans le stationnement du restaurant McDonald's de Saint-Romuald. La perquisition a aussi permis de découvrir une grande quantité de drogue chez l'un des deux individus.
Une visite nocturne à l'établissement de restauration rapide a tourné à l'affrontement dans la nuit du 3 avril dernier. Vers 3h40, quatre piétons ont décidé de se rendre au service au volant bien qu'ils ne se trouvaient pas à bord d'un véhicule et ont tout de même été servis.
Alors qu'ils attendaient leur commande à l'extérieur, une Mercedes blanche, dans laquelle se trouvaient trois personnes, s'est pointée derrière eux. Sans raison apparente, les deux groupes se sont mis à se narguer, a expliqué le Service de police de Lévis (SPVL).
Thomas Tardif, un militaire de 23 ans, se trouvait sur la banquette arrière de la Mercedes. Il est sorti du véhicule pour frapper trois des quatre piétons à l'aide d'un poing américain. L'une des victimes de l'agression armée a été transportée d'urgence vers l'hôpital. Elle a subi de graves blessures, dont un traumatisme crânien et des fractures au visage.
Un mois d'enquête
Les occupants de la voiture ont rapidement pris la fuite après l'altercation. Le SPVL a fait enquête sur cet incident pendant près d'un mois. Une perquisition s'est finalement déroulée mercredi aux résidences des deux suspects, une à Lévis et l'autre à Québec.
Les deux hommes ont comparu jeudi au palais de justice de Québec. Tardif a été accusé de voies de faits graves et de possession simple de stupéfiants puisqu'il avait une petite quantité de drogue sur lui au moment de son arrestation. Le Ministère public s'est opposé à sa remise en liberté.
Jean-Philippe Pouliot, 30 ans, propriétaire de la Mercedes, a aussi été arrêté à son domicile, où les policiers ont fait la découverte d'une importante quantité de stupéfiants. Il cachait chez lui 42 grammes de cocaïne et 123 grammes de cannabis, le toutd'une valeur d'environ 5000 $. Une somme d'argent de 3700 $ a également été saisie. Il pourrait aussi être accusé de complicité après le fait puisqu'il a permis à Tardif de fuir les lieux. Pouliot a pour sa part été libéré sous conditions.