Agression armée à Québec: un suspect arrêté par le GTI

Ce qui devait être un dimanche matin tranquille comme les autres sur la rue Saint-Mathias, dans le quartier Saint-Sauveur, a laissé place à une imposante scène de crime. Un homme en a poignardé un autre, vers 10h50, laissant les voisins stupéfaits.
Une vingtaine de policiers, et le groupe d'intervention tactique, sont sur place et certains d'entre eux tentent de raisonner l'individu de 47 ans toujours à l'intérieur d'une petite maison verte (au fond à droite).
<p>Présentant des blessures superficielles au thorax, le suspect a été transporté à l'hôpital.</p>
En temps normal, les résidents de la rue Saint-Mathias, à l'angle de la rue Carillon, sirotent leur café du dimanche matin en entendant les cris des enfants jouant dans le parc situé à quelques mètres. Mais dimanche, c'est sous les bruits des sirènes de police qu'ils se sont réveillés.
Un appel d'urgence a été reçu vers 10h50 par les agents du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) pour une agression à l'arme blanche. À l'arrivée des policiers, la victime se trouvait à l'extérieur du 295, rue Saint-Mathias.
Elle a été transportée d'urgence dans un centre hospitalier. Selon la Coopérative en transport ambulancier de Québec, l'homme présentait des blessures par arme blanche au thorax. Il est demeuré conscient tout au long de son transport en ambulance.
Selon nos informations, un couteau de cuisine a été saisi par les autorités. Le SPVQ ne pouvait cependant confirmer cette information, le dossier faisant toujours l'objet d'une enquête.
Après l'agression, le suspect, âgé de 47 ans selon le SPVQ, s'est barricadé pendant plus de quatre heures dans la résidence. Impossible de dire si la petite maison verte appartenait à l'agresseur ou à la victime. Quoi qu'il en soit, les deux hommes impliqués seraient deux frères, selon les témoignages récoltés auprès de plusieurs voisins.
Après plusieurs tentatives pour raisonner le forcené, le GTI du SPVQ a été appelé en renfort vers 13h, a expliqué Pierre Poirier, porte-parole de la police de Québec. Une fois à l'intérieur, les agents spéciaux ont découvert le suspect blessé, vers 15h.
Ses blessures, superficielles selon les ambulanciers, étaient situées au cou et au thorax. L'homme pourrait se les être infligées lui-même.
Des voisins ont aussi affirmé qu'une petite famille, incluant de jeunes enfants, habitait la maison. Les policiers ont confirmé que le suspect était seul dans le bâtiment lorsqu'il a été intercepté.
Un imposant périmètre de sécurité entourant le quadrilatère où se trouve la maison avait été érigé par le SPVQ. En plus des membres du GTI, une vingtaine de policiers bouclaient le secteur.
Plusieurs témoins ont indiqué au Soleil avoir entendu une longue dispute au courant de la nuit provenant de la résidence où s'est produite l'agression. L'altercation aurait débuté vers 2h et se serait prolongée jusqu'en matinée.
Les résidents du coin se sont dits surpris et choqués par la nouvelle. Leur quartier est généralement tranquille et ses habitants sont habitués à se rendre service, ont-ils dit.
Les enquêteurs du SPVQ devaient interroger les deux hommes dimanche si leur état de santé le permettait. Des accusations pourraient être portées prochainement dans ce dossier.