Le ministre canadien de la Sécurité publique, Steven Blaney

Agents correctionnels: la porte de Blaney «est ouverte»

La porte du bureau de Steven Blaney «est ouverte» au Syndicat des agents correctionnels du Canada, qui, en tournée de porte-à-porte samedi, a invité la population de la circonscription du ministre de la Sécurité publique à voter contre les conservateurs aux prochaines élections, tenues à l'automne.
Au lendemain d'une visite-surprise de quelques dizaines d'agents correctionnels fédéraux dans Lévis-Bellechasse-Les Etchemins, circonscription détenue par Steven Blaney, ce dernier a tenté de calmer le jeu et a invité les centrales syndicales à la discussion.
«S'ils veulent me parler comme ministre de la Sécurité publique, mon bureau est ouvert. Ça va me faire plaisir de les rencontrer», a affirmé dimanche le député conservateur depuis la base militaire de Valcartier, où il assistait au départ de soldats en direction de la Pologne.
Le Syndicat des agents correctionnels du Canada (UCCO-SACC-CSN) a dénoncé samedi les compressions de 355 millions $ appliquées aux pénitenciers du pays cette année.
Les centrales syndicales soutiennent que la tension monte à l'intérieur des prisons et que les programmes d'encadrement pour les détenus sont déficients. Ils ajoutent que la population carcérale, en raison des projets de loi des conservateurs ces dernières années, a augmenté de manière importante, si bien qu'il n'est plus rare de voir deux individus dans une même cellule.
Grands perdants
Les représentants syndicaux croient que ce sont les agents correctionnels qui sont les grands perdants des mesures et du sous-financement imposés par Ottawa. Ils accusent le gouvernement canadien de ne pas les avoir consultés sur l'impact que pourraient avoir ces changements.
Le ministre Blaney rétorque que le nombre de détenus n'a pas augmenté «de façon significative» à la suite de la nouvelle culture implantée par le gouvernement de Stephen Harper ces dernières années et il estime que les services correctionnels ont ce qu'il faut pour assurer leurs fonctions.
«très fiers du bilan»
«On est très fiers du bilan que nous avons fait. De faire en sorte qu'on met l'accent sur les victimes et qu'on assure que les gens qui commettent des crimes sévères purgent leur peine derrière les barreaux», a-t-il plaidé.
Bien qu'en désaccord avec certaines demandes des travailleuses et des travailleurs, M. Blaney leur a réitéré sa confiance : «Il faut reconnaître le travail important que font les agents du service correctionnel. J'ai beaucoup de respect pour eux.»