Sam Sanon, aussi connu sous le nom de Jay Price, n'en est pas à ses premiers démêlés avec la justice.

Accusé de trois agressions sexuelles, Sam Sanon est remis en liberté

L'ex-rappeur Sam Sanon, alias Jay Price, accusé de trois agressions sexuelles, a été remis en liberté avec des conditions «très restrictives», selon l'expression du juge Bernard Lemieux.
Sanon, 28 ans, aurait, selon les informations transmises par la police, agressé sexuellement une femme de 18 ans à la sortie d'un bar en 2011 ainsi que deux femmes de 30 et 44 ans lors d'une soirée dans un hôtel de Sainte-Anne-de-Beaupré en décembre dernier.
Sam Sanon, un vendeur d'automobiles, a déjà été condamné par le passé pour possession et mise en circulation de monnaie contrefaite, entrave, non-respect des conditions de probation et voies de fait armées.
Il n'a toutefois aucun antécédent de bris de condition ou de promesse, a souligné le juge Lemieux.
Sanon demeurera en liberté durant les procédures, mais devra vivre chez sa mère à Montréal. Il ne pourra d'ailleurs pas mettre les pieds dans le district judiciaire de Québec, sauf pour préparer son procès ou se présenter au palais de justice. La mère a dû déposer 1000 $ en guise de caution, et son fils s'est aussi engagé pour un montant de 3000 $.
L'homme devra se rapporter deux fois par semaine au poste de police. Il devra aussi observer un couvre-feu entre 20h et 6h, s'abstenir de boire de l'alcool ou de prendre de la drogue et ne pourra fréquenter aucun individu ayant un casier criminel.
«Avec cette dernière condition, Monsieur ne pourra plus aller à aucun spectacle de rap», a commenté, pince-sans-rire, le procureur de la Couronne Me Daniel Bélanger.