L'usine Ciment-Québec, de Saint-Basile-de-Portneuf

Accident mortel à Portneuf: Ciment Québec déplore une manoeuvre non sécuritaire

Deux jours après le décès d'un de ses employés survenu au travail à son usine de Saint-Basile-de-Portneuf, l'entreprise Ciment Québec a réagi publiquement à la mort de Jean-Philippe Germain, un homme de 26 ans qui habitait Cap-Santé.
Par le biais de son directeur des ressources humaines Christian Alain, l'entreprise a expliqué que c'est une manoeuvre non sécuritaire effectuée par le travailleur qui a provoqué le décès de cet homme employé à la cimenterie depuis environ cinq ans.
Samedi soir, vers 21h50, le travailleur a tenté de débloquer un déchiqueteur de bois horizontal à l'aide d'une perche. Quand le déchiqueteur s'est remis en marche, le travailleur a reçu un morceau de bois en plein visage et est tombé de l'escalier mobile sur lequel il se trouvait. Son décès a été constaté à l'hôpital.
«C'est sûr et certain que c'était pas la manière de le faire», a expliqué M. Alain, lors d'un entretien téléphonique.
M. Alain assure que son intention n'est pas de manquer de respect envers les proches et la famille du défunt en revenant sur les circonstances de l'accident qui lui ont enlevé la vie. Mais il a tenu à préciser que contrairement à ce qui a circulé au cours de la fin de semaine, Ciment Québec prend tous les moyens pour rendre son lieu de travail sécuritaire.
«Notre passé parle par lui-même en matière de sécurité. Avant cet accident de travail, ça faisait 13 ans qu'on n'avait pas eu d'événement sans perte de temps.»
La CSST et le bureau du coroner mènent une enquête sur les circonstances de ce drame. L'entreprise réalise aussi une enquête interne.