La catastrophe ferroviaire du 6 juillet 2013 à Lac-Mégantic a fait 47 morts.

À Ottawa de payer pour que le rail contourne Lac-Mégantic, dit Marois

Pauline Marois ne mettra pas un sou pour aménager une voie ferroviaire contournant le centre-ville de Lac-Mégantic, qu'un train fou a détruit, cet été.
Le financement du rail est du ressort exclusif d'Ottawa, a tranché la chef du Parti québécois (PQ), mardi matin, en point de presse à l'Observatoire du Mont-Mégantic. «Nous ne voulons pas rouvrir la boîte de Pandore.»
Pauline Marois a souligné que l'urgence de venir en aide aux Méganticois a fait en sorte que Québec s'est engagé dans le programme de reconstruction, même si rien ne l'y obligeait. «On a ouvert les vannes et je ne le regrette pas du tout.»
Le leader du PQ rappelé que le gouvernement fédéral du conservateur Stephen Harper a d'abord refusé son soutien à Lac-Mégantic. «Ottawa ne voulait rien faire parce qu'il considère que ce n'est pas une catastrophe naturelle.»
Ottawa a finalement accepté de partager les frais de reconstruction du centre-ville. Il en coûtera 100 millions $ à chaque palier de gouvernement pour une tragédie qui a aussi fait 47 morts lorsqu'un convoi de wagons transportant du pétrole a explosé, en pleine nuit.
Pauline Marois a cependant garanti que la petite municipalité aura son soutien dans l'étude du projet de contournement. Pour l'instant, les estimations des coûts sont très approximatives, entre 50 et 175 millions $.
La leader péquiste a profité de son passage dans la région pour présenter sa candidate Isabelle Hallé. La directrice de la Chambre de commerce de l'endroit tentera de ravir la circonscription que représente le libéral Ghislain Bolduc. Elle a reproché à ce dernier de ne pas avoir été assez présent, au lendemain de la catastrophe.