Blind Boys of Alabama & Taj Mahal, Talkin' Christmas, Gospel/Blues

À mettre dans vos oreilles pour les Fêtes

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les Blind Boys of Alabama multiplient les prix et les reconnaissances diverses depuis une douzaine d'années. Les voix superbes de leurs chanteurs en sont bien sûr une, mais le mélange de leur gospel avec la musique d'artistes pop, R&B ou blues en est une autre.
La force du métissage ****
Cet album de Noël démontre encore la force de ce métissage puisqu'il greffe Taj Mahal au groupe. Avec ses influences de la musique des Caraïbes et du Pacifique, le guitariste et multi-instrumentiste vient apporter une certaine chaleur et une touche exotique à la froidure de l'hiver et aux chants de Noël.
De plus, le fait que l'ensemble offre un grand nombre de pièces originales et des réinterprétations fort différentes de certains classiques vient aussi apporter un vent de nouveauté trop souvent absent sur les albums des Fêtes. Ian Bussières
<p>COUNTRY ROCK, <em>A Merrie Christmas to You</em>, Blue Rodeo</p>
Original et rafraîchissant ***1/2
Le grand défi de tout artiste qui s'essaie à un album de Noël est d'éviter le vilain mot qui débute par «K» et rime avec laine... Le groupe torontois Blue Rodeo, dont la réputation n'est plus à faire, y réussit bien avec cet album, même s'il ne comprend que deux pièces originales.
C'est que, dans son choix de reprises, le groupe a opté pour plusieurs pièces récentes plutôt que pour des pièces qu'à peu près tout le monde a déjà refaites de toutes les façons imaginables. L'excellente Getting Ready for Christmas Day de Paul Simon s'insère entre autres très bien dans le répertoire de la troupe de Keelor et Cuddy et, pour un artiste canadien, l'interprétation de River de la grande Joni Mitchell devrait presque être obligatoire sur un album de Noël.
Dans les deux cas, Blue Rodeo s'acquitte bien de sa mission, comme sur les autres reprises et ses versions des traditionnelles Have Yourself a Merry Little Christmas et O Come All Ye Faithful. L'emballage graphique réalisé par le grand-oncle de Greg Keelor est également fort sympathique. Ian Bussières
Myles vise juste ***
Tantôt jazz, tantôt folk, tantôt lounge, tantôt country, David Myles embrasse plusieurs styles musicaux sur cet album consacré à la musique de Noël. On ne se lasse pas d'entendre sa voix nous interpréter ces titres connus ou moins connus, d'entendre ses doigts courir sur les cordes de sa guitare ou encore de l'entendre.
Le Néo-Brunswickois livre un album pétillant et entraînant qui ne devrait pas manquer de mettre de la joie dans les chaumières. L'emballage de l'album a cette délicieuse petite touche rétro qu'on peut aussi entendre dans l'offre musicale. Il y a même une pièce en français, Les cloches du hameau de Johannes Brahms, dont plusieurs connaissent déjà la version de Céline Dion et à laquelle les artistes acadiens Pascal Lejeune et Isabelle Thériault prêtent leurs voix.
Une belle réussite que Myles viendra d'ailleurs présenter aux amateurs de Québec le 11 décembre au Théâtre Petit Champlain. Ian Bussières 
<p>JAZZ,<em> Jazzy Christmas</em>, Paolo Fresu Quintet</p>
Noël feutré ***
Au tour du trompettiste Paolo Fresu d'apporter sa pierre à l'édifice des albums de Noël. Entouré de son talentueux quintette, augmenté de Daniele di Bonaventura au bandonéon, le jazzman s'attaque d'abord à des classiques, tels White Christmas, pour ensuite exploiter des mélodies moins communes.
Au plan technique, il y a peu à reprocher àla bande de Fresu et pourtant, ce Jazzy Christmas ne convainc pas toujours. La livraison feutrée propre à l'Italien réussit à certaines pièces, comme The Christmas Song, or il y a des excès de retenue ou de distanciation qui donnent l'impression que les musiciens s'ennuient sur certains titres.
Heureusement, ce n'est que sur une minorité de pistes et quand la chimie y est, la magie s'installe. Petite faille technique: l'album est enregistré en spectacle, or de brèves pauses entre les pistes viennent scinder brusquement les applaudissements... Nicolas Houle
<p>CLASSIQUE VOCAL, <em>Amazing Grace,</em> Marie-Josée Lord</p>
À contre-courant ****
Alors que la course folle qui mènera à la fin de l'année est enclenchée, alors que les albums festifs, souvent clinquants, grandiloquents ou trop sucrés se bousculent chez les disquaires, Marie-Josée Lord offre le sien, qu'elle a voulu délibérément à contre-courant.
La soprano ralentit la cadence et se concentre sur ce qu'elle a jugé essentiel : un orgue et des voix, la sienne et celle de l'ensemble vocal Épiphanie. La chanteuse a bien succombé à la tentation d'inclure quelques «classiques» du temps des Fêtes (Minuit, chrétiens!, Noël blanc), mais ils sont ici l'exception.
La majorité des pièces puisent dans le répertoire lyrique, appellent aux racines gospel ou nous amènent carrément ailleurs, comme cette Ma Maria ponctuée de djembé et empruntée à la tradition congolaise. Un album calme, mais loin d'être monotone, pour reprendre son souffle en cette période souvent synonyme de cohue. Geneviève Bouchard
<em>Xmas Blues </em>de Garou<em></em>
Noël bleu
Selon ce que Garou a laissé entendre dans les médias, deux petits mois se sont écoulés entre la décision de produire cet album de Noël et son arrivée sur les tablettes. Le chanteur avait un peu de temps libre - il a quitté les rangs de la version française de l'émission The Voice, où il agissait comme coach - et avait envie de mettre son grain de sel dans le répertoire de Noël qui a, semble-t-il, moins la cote dans l'Hexagone.
C'est donc d'abord pour le public français qu'a été concocté Xmas Blues, qui revisite à la sauce blues ou rock rétro les classiques de saison. Un pot pourri ouvre la marche, d'autres titres s'entremêlent en français et en anglais au fil de cette galette souriante et empreinte d'une certaine spontanéité.
Garou y évite la plupart du temps le piège de la mièvrerie... Mais quand il y tombe, c'est tête première, comme en témoignent la pochette de l'album et la sirupeuse chanson Petit garçon. Geneviève Bouchard
<p>POP, <em>Noël</em>, Joël Legendre</p>
Bons sentiments ***
Entre ses boulots d'animateur, de comédien, de metteur en scène et d'auteur de livres de cuisine, Joël Legendre a trouvé le temps d'enregistrer un disque de Noël. Un projet dont il rêvait apparemment depuis l'enfance.
Le thème prend d'ailleurs beaucoup de place sur cet album débordant de bons sentiments, associé à Opération Enfant Soleil : de jeunes voix s'invitent ici et là, on revient avec Brigitte Boisjoli à l'univers de Disney et d'Aladin (auquel Legendre été associé 1992), le livret très (trop?) personnel fait souvent référence à ses enfants et une chanson inédite signée Ingrid St-Pierre (la jolie Les filles en laine) est dédiée à ses jumelles, nées cette année.
Classique et bien produit, l'album auquel participent également Lara Fabian et le quatuor QW4RTZ présente une facture léchée. Mais ceux qui cherchent davantage d'originalité ou de mordant devraient aller voir ailleurs. Geneviève Bouchard
<p>CLASSIQUE, <em>Christmas at Downtown Abbey</em>, Artistes variés</p>
Noël chez les riches ***
Christmas at Downton Abbey pourrait sembler n'être qu'une opération de marketing, mais force est d'admettre que la qualité est au rendez-vous dans ce panorama assez complet du répertoire (surtout religieux) des classiques de Noël - en anglais, bien entendu, ce qui donne une touche exotique à l'oreille habituée aux versions de chez nous.
Or, dans ce domaine, on s'ennuie un peu de notre Minuit, chrétiens! (O Holy Night), devant la version assez faible de Julian Ovenden (l'interprète de Charles Blake dans la série). En revanche, la version «contée» de Jim Carter (l'impayable Mr. Carson) de T'was the Night Before Christmas est fort amusante.
En fait, rien à reprocher à l'ensemble de ce disque, qui donne l'impression de passer Noël au château, orchestrations riches, voix lyriques et choeurs puissants à l'appui. Mais on aurait aimé sentir que ce château était réellement celui de Downton Abbey, et ce n'est pas le cas : hormis le thème musical de la série télé qui plonge au coeur de l'aristocratie britannique, seulement sept pièces sur les 45 que compte l'album double sont chantées par des membres de la distribution. Isabelle Houde