Une bonne vieille cheminée en pierre libre de tout chapeau et de gaine en métal, c'est le secret pour attirer les martinets ramoneurs.

À la rescousse du martinet ramoneur

­Le Regroupement QuébecOiseaux lance une grande offensive printanière pour se porter à la rescousse du martinet ramoneur, une espèce sérieusement menacée.
Selon les statistiques fournies par l'organisme, la population canadienne de cette espèce a chuté de 95 % entre 1968 et 2004. On parle actuellement de 8000 à 17 500 adultes nicheurs pour tout le pays et de seulement 2500 au Québec.
Mais pourquoi faut-il absolument sauver cette espèce en péril? La première raison est bien simple et nettement suffisante pour qu'on fasse tous les efforts pour rétablir la population de cet oiseau : le martinet ramoneur joue un rôle écologique important en mangeant des milliers d'insectes volants chaque jour.
Pour nicher, le martinet ramoneur, comme son nom l'indique, est dépendant des cheminées. En forêt, à cause du déboisement, il ne reste plus suffisamment de gros arbres morts pour l'accueillir.
L'oiseau arrive en mai au Québec et il en repart en septembre. Il n'est donc pas dangereux pour lui de nicher dans une cheminée puisque la période de chauffage hivernal est terminée. En plus, la présence d'un nid de martinet dans la cheminée ne représente aucun danger d'incendie et n'est aucunement une menace pour la santé humaine.
Si on fait l'inventaire des cheminées habitées par l'espèce au Québec, il n'y en a que 450, donc l'ajout pour lui de lieux habitables est très important.
Dans son document, QuébecOiseaux dit ceci : «Certaines personnes achètent des nichoirs pour abriter des oiseaux, alors qu'elles ont déjà dans leur bâtiment une structure parfaite pour la nidification d'un oiseau en péril.»
Le martinet ramoneur est une espèce protégée par une loi fédérale. Il est donc tout à fait interdit de nuire aux adultes, aux jeunes et aux oeufs de cet oiseau. On ne peut les tuer ni les capturer et on ne peut non plus altérer leur habitat essentiel.
Que faire pour le protéger?
QuébecOiseaux propose six trucs pour venir en aide au martinet ramoneur :
1. Conserver l'accès de votre cheminée aux martinets en évitant de poser des chapeaux ou des grillages.
2. Envisager l'installation d'une gaine non métallique (en argile) suffisamment large en son ouverture et conforme aux normes de rénovation des cheminées.
3. Si vous installez une gaine métallique (liner) à l'intérieur de la cheminée, placer une grille sur l'entrée du haut pour éviter que les martinets entrent et restent piégés.
4. Ramoner votre cheminée en dehors de la saison de nidification (entre le 1er septembre et le 1er mai).
5. Conserver les arbres morts de grande taille sur votre propriété (diamètre de plus de
50 cm).
6. Limiter l'utilisation des insecticides qui réduisent l'abondance et la composition des proies de cet insectivore aérien.
Et moi, j'ajouterais à ça que vous pouvez aussi construire une cheminée artificielle comme l'a fait avec beaucoup de succès, en 2003, Christian Garneau, de la Rive-Sud de Québec. Et pour ça, sans doute que QuébecOiseaux pourrait vous conseiller.
Description
Un martinet ramoneur a à peu près la taille d'une hirondelle. Il a les ailes étroites et arquées qui, combinées avec des battements rapides, lui permettent de changer brusquement de direction et, ainsi, de capturer des insectes. Il est volubile. En vol, il émet des sons de cliquetis.
C'est un oiseau qui a une longueur approximative de 14 cm et son envergure d'ailes atteint jusqu'à 32,4 cm. Il peut peser jusqu'à 25 g.
La femelle martinet pond généralement quatre ou cinq oeufs que les deux adultes couvent durant une vingtaine de jours. Après l'éclosion, les petits sont nourris également par les deux adultes et ils restent au nid pour une période qui n'excède pas 19 jours.
À vous de jouer maintenant!