Les places se font rares sur le tapis de la mosquée de Limoilou, le vendredi midi, moment de la semaine consacré à la prière chez les musulmans du monde entier.

À la rencontre des prieurs du vendredi

Une centaine d'hommes s'entassent dans la grande salle de prière de la mosquée de Limoilou; certains s'installent sur leurs genoux, d'autres s'assoient en indien. Les places se font rares sur le tapis le vendredi midi, moment de la semaine consacré à la prière chez les musulmans du monde entier.
À Québec, les lieux de culte islamiques se sont multipliés au cours des dernières années. En plus de celui de Limoilou, on en trouve trois à Sainte-Foy ainsi qu'un au centre-ville. Bien qu'elles soient pleines à craquer, ces mosquées ne sont fréquentées que par environ 20 % des quelque 7000 musulmans en provenance d'une dizaine de pays qui habitent la capitale nationale.
La plupart d'entre eux sont d'origine maghrébine. Ceux qui ne sont pas nés en Algérie, en Tunisie ou au Maroc viennent d'Afrique subsaharienne. Une poignée a quitté l'Iran, l'Irak ou encore l'Égypte pour s'installer à Québec.
«Salam Alikoum!» Peu importe leurs origines, les fidèles se saluent cordialement et échangent quelques mots avant le début du rituel sacré. L'imam, un Marocain âgé de 32 ans installé en ville depuis deux mois, est l'un des derniers à entrer dans la pièce aménagée au premier étage d'un édifice à logements de la 1re Avenue.
La représentante du Soleil est invitée à se joindre aux «soeurs» qui doivent emprunter une autre porte pour accéder à l'intérieur du bâtiment. Nous nous retrouvons avec quatre autres femmes, voilées pour l'occasion, dans un petit espace à l'écart des hommes et aménagé à l'arrière de la salle. On nous expliquera plus tard que c'est pour ne pas être détourné de Dieu pendant le moment sacré que les sexes sont séparés à la prière.
Après un discours d'une vingtaine de minutes, le groupe dirigé par Idriss Bashir entame la prière. Debout, incliné, prosterné, à genoux : les gestes sont exécutés dans une synchronie parfaite. Seul le froissement des vêtements tranche avec la récitation des chapitres du Coran par l'imam.
Un représentant de la Mosquée de la Capitale prend ensuite la parole pour partager les nouvelles. L'organisation derrière le projet de nouvelle mosquée dans le quartier Saint-Sauveur vient tout juste d'obtenir le statut officiel d'organisme sans but lucratif. Cela qui signifie que des reçus fiscaux pourront désormais être délivrés à ceux qui lui verseront des dons. Ces derniers sont d'ailleurs grandement sollicités auprès des fidèles pour transformer en lieu de culte musulman l'ancien salon funéraire acheté au coût d'un million de dollars rue Marie-de-l'Incarnation.
Méfiance
L'assemblée citoyenne tenue au début du mois de mars à ce sujet avait été houleuse alors que des citoyens de la basse ville avaient manifesté leurs craintes de voir une mosquée s'installer à un jet de pierre de l'église Saint-Malo. D'autres étaient préoccupés du trafic que cela allait engendrer.
Les futurs occupants de l'immeuble se disent conscients des inquiétudes que leur projet suscite et, surtout, de la méfiance exprimée à l'égard de leur religion. «Les gens pensent que les musulmans sont tous des terroristes qui aiment le sang», avance Ibrahim Abbi, rencontré devant la mosquée de Limoilou avant la prière du vendredi. Le Marocain de 31 ans immigré à Québec depuis deux ans n'en tient cependant pas rigueur aux Québécois qu'il qualifie «d'un peu conservateurs», sauf pour les jeunes qui, selon lui, font exception à la règle. «Mais cela me fait mal d'entendre que l'islam est une religion de violence», admet celui qui explique qu'au contraire, en arabe, le mot islam signifie «paix».
«Les gens qui ont commis les attentats du 11 septembre ne faisaient pas leur prière!» souligne quant à lui Souheil Hassine, un Tunisien âgé de 35 ans qui ne rate jamais celle du vendredi à la mosquée. Ce fonctionnaire du gouvernement provincial est arrivé à Québec en 1998 pour faire un MBA en finances à l'Université Laval. Comme bon nombre d'étudiants maghrébins, il a décidé de faire son nid dans sa ville d'adoption, où il habite désormais avec sa femme et ses enfants.
«Je pense comme vous qu'en Ontario, celui qui a tué sa femme et ses filles [Mohammad Shafia], c'est un malade», s'exclame M. Hassine, qui déplore que tous les musulmans soient mis dans le même panier.
Une opinion partagée par le cofondateur d'Informatique EBR, Mohamed Elkhyat, rencontré en fin d'après-midi dans un restaurant de Sainte-Foy avant qu'il ne se sauve pour un souper d'affaires. «Les Québécois n'ont pas peur de l'islam, ils ont peur des terroristes!» nuance l'entrepreneur arrivé à Québec en 1987. «Moi aussi, j'ai peur des intégristes. Chaque fois que dans le monde un Mohamed fait sauter une bombe, je viens de reculer de trois pas», explique ce Marocain souvent cité en exemple par la Ville et le gouvernement provincial comme un modèle de réussite et d'intégration.
«La meilleure façon de combattre le terrorisme, c'est dans une mosquée parce que s'il y a des fanatiques, ils seront dénoncés», ajoute celui qui ne fréquente pourtant pas les établissements religieux de sa communauté.
Les deux hommes s'entendent également pour dire que les risques de repli identitaire chez les immigrants musulmans sont plus élevés lorsque ceux-ci n'occupent pas d'emploi. Le taux de chômage dans la communauté dépasse les 20 % alors que la plupart de ses membres ont des diplômes universitaires en poche, se désole l'ancien président et cofondateur du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), Boufeldja Benabdallah.
«Certains vont se réfugier dans la religion. Mais dès qu'ils trouvent du boulot, qu'ils côtoient des Québécois, tout ça se règle», soutient Souheil Hassine. Il croit que sa société d'accueil doit également faire son bout de chemin et comprendre les différentes embûches que rencontrent les immigrants à leur arrivée et les choix déchirants qu'ils doivent faire, comme celui, pour les femmes, d'abandonner leur voile si elles veulent mettre toutes les chances de leur côté pour se trouver un emploi. «On nous demande de venir s'installer ici, de vivre et mourir ici», rappelle-t-il.
Bon voisinage
M. Elkhyat nous montre plusieurs photos de M'diq, son village natal qui compte 5000 habitants, dont 99 % sont musulmans. «Regarde, il y a une église catholique juste en face de la mosquée et c'est la Ville qui entretient son terrain et ses fleurs, souligne-t-il fièrement. Ils ne font pas juste cohabiter, il n'y a aucune différence entre les deux!»
Cette notion de «bon voisinage» est très importante dans l'islam, soulignent plusieurs musulmans rencontrés. Dans un de ses récents discours, l'imam de la Grande Mosquée de Sainte-Foy, Benaïssa Abdelbasset, a rappelé à son auditoire l'importance des bonnes relations à entretenir avec ses voisins, soulignant par exemple qu'il était inacceptable que les fidèles stationnent leurs voitures n'importe où lorsqu'ils se rendent à la prière. M. Abdelbasset dit avoir tenu à aborder ce sujet d'actualité à la suite des reportages consacrés à la nouvelle mosquée de Saint-Sauveur.
«Le voisinage, c'est sacré dans l'islam. Tu n'es pas croyant si tu ne respectes pas ce principe», tranche quant à lui l'imam de la mosquée située sur la rue de la Couronne dans le centre-ville, Mohamed Allani.
Idriss Bashir, qui deviendra l'imam de la mosquée de la rue Marie-de-l'Incarnation, est quant à lui optimiste quant aux relations que ses fidèles et lui entretiendront avec les résidants de la basse ville. Après avoir vécu six ans en Malaisie, ce jeune doctorant en études islamiques a été impressionné par l'accueil reçu au Canada. Il souligne par exemple que les démarches administratives pour obtenir ses papiers d'immigration se sont déroulées rondement et mentionne à la blague que sa récente visite au garage pour faire réparer sa voiture a été concluante.
«Lorsque j'ai soumis ma candidature à l'immigration, ils m'ont dit que le Canada était basé sur la pluralité. Alors si les citoyens [de Québec] sont vraiment honnêtes envers eux-mêmes, ils vont nous accepter sans problème dans leur quartier», conclut-il.