Matthew McConaughey a, comme prévu, remporté le prix du meilleur acteur, malgré une compétition relevée.

86e soirée des Oscars: Dallas Buyers Club s'illustre

Faste soirée pour les Québécois à cette 86e soirée des Oscars, alors que Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée a remporté trois statuettes, dont celles, prévues, de meilleurs acteurs pour Matthew McConaughey et Jared Leto.
<p>Cate Blanchett semblait abasourdie après avoir mérité l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans le film <em>Jasmine French</em>, du réalisateur Woody Allen.</p>
<p>Pour sa prestation éclatante dans <em>Esclave pendant 12 ans</em>, Lupita Nyong'o a obtenu l'Oscar comme meilleure actrice de soutien devant Sally Hawkins, Jennifer Lawrence, Julia Roberts et June Squibb. </p>
Le Montréalais Malcolm Clarke a quant à lui gagné l'Oscar du meilleur court métrage documentaire. C'est toutefois Gravité d'Alfonso Cuarón qui s'est avéré le grand gagnant avec sept trophées, dont le meilleur réalisateur. Sans surprise, Esclave pendant 12 ans a toutefois enlevé l'Oscar du meilleur film.
Le long métrage de Steve McQueen a remporté trois des neuf catégories où il était nommé, mais ce sont des trophées significatifs. Outre celui du meilleur film, que le réalisateur britannique a dédié à tous ceux qui furent esclaves et aux 20 millions de personnes qui souffrent encore de l'esclavage, Esclave... a obtenu les statuettes de la meilleure actrice de soutien et du scénario adapté.
Lupita Nyong'o, très émue, a remercié le réalisateur pour sa très méritée récompense. L'actrice de 31 ans, qui jouait dans son deuxième long métrage, a partagé son prix avec tous les enfants du monde en soulignant que peu importe d'où ils viennent, «vos rêves sont valables». John Ridley a obtenu l'autre statuette pour le meilleur scénario adapté, d'après le livre autobiographique de Solomon Northup.
La soirée qui célèbre le meilleur du cinéma américain a décerné presque tous les prix techniques à Gravité : montage, effets spéciaux, mixage sonore, montage sonore, meilleure musique... Compte tenu de ses spectaculaires images de l'espace, il était couru que son directeur photo, Emmanuel Lubezki, soit récompensé pour sa maîtrise. Et encore plus qu'Alfonso Cuarón devienne le premier Mexicain à obtenir la précieuse statuette pour la réalisation.
Le grand perdant de la soirée aura donc été Arnaque américaine. Le long métrage de David O. Russell repart les mains vides malgré ses 10 nominations.
Ce qui n'est pas le cas de Dallas Buyers Club. Matthew McConaughey a, comme prévu, remporté le prix du meilleur acteur, malgré une compétition relevée. L'acteur de 44 ans donne énormément de crédibilité à son rôle d'électricien accro au sexe et à la dope qui se découvre infecté au VIH.
Sans surprise, là aussi, c'est Jared Leto qui a remporté la première statuette de la soirée, celle de l'acteur de soutien, pour sa stupéfiante incarnation de Rayon dans le film du réalisateur québécois. L'acteur de 42 ans a rendu un touchant hommage à sa mère monoparentale, aux Ukrainiens et aux 36 millions de personnes décédées du sida depuis l'apparition de la maladie. Un peu plus tard, Adruitha Lee et Robin Matthews ont remporté l'Oscar pour les meilleurs maquillages et coiffures pour le même film.
C'est le gagnant de l'Oscar du meilleur acteur de l'an dernier, Daniel Day-Lewis, qui a remis à Cate Blanchett le prix de la meilleure actrice, malgré la controverse entourant Woody Allen. L'actrice australienne a d'ailleurs chaleureusement remercié le réalisateur et souligné qu'il y a un public pour les films avec des femmes à l'avant-plan.
Le Montréalais Malcolm Clarke a remporté l'Oscar du meilleur court métrage documentaire, avec The Lady in Number 6: Music Saved My Life. Le film fait le portrait d'Alice Herz-Sommer, pianiste survivante de l'Holocauste décédée la semaine dernière à 110 ans. Il s'agissait du deuxième Oscar pour le réalisateur après You Don't Have to Die (1989), un autre documentaire.
La seule véritable surprise de la soirée aura été la remise du très mérité prix du meilleur scénario original à Spike Jonze pour le brillant Elle.
Ellen DeGeneres très drôle
Sept ans après avoir animé la remise de prix une première fois, Ellen DeGeneres était de retour dimanche soir, après la performance mitigée, l'an dernier, de l'acteur et réalisateur Seth MacFarlane, dont l'humour corrosif, et parfois vulgaire, détonnait avec le style BCBG habituel des Oscars.
DeGeneres, très drôle et dynamique, a démontré qu'on pouvait avoir de la classe et être très amusante en même temps. Certains segments, toutefois - comme le selfie avec toutes les vedettes assises dans la salle et la livraison de pizza -, étaient superflus, mais représentatifs des moeurs égocentriques de notre époque.
La soirée était placée sous le thème des héros, avec de nombreux montages dans la note. Ce qui était un peu mieux que l'an passé, alors qu'on avait mis l'accent sur la musique plutôt que le cinéma! On a tout de même pu voir sur scène les performances de Pharrell Williams et de U2, qui interprétaient leur chanson en nomination. C'est toutefois Karen O qui a donné un grand frisson à la salle avec l'interprétation acoustique de Moon Song, la très charmante chanson tirée de Elle de Spike Jonze.
Comme d'habitude, la remise des prix s'est étirée en longueur, même si les discours de remerciements étaient concis - sous peine d'être coupés. Le scénario de la soirée aurait vraiment besoin d'être resserré... d'autant qu'il était vraiment trop prévisible cette année!