Constant tout au long des deux rondes de la compétition, Raoul Ménard a soulevé hier pour la deuxième fois en quatre ans le trophée remis au champion du Duc de Kent.

80e Duc de Kent: Raoul roule droit vers la victoire

La constance. C'est que qui a permis à Raoul Ménard de gagner le 80e Duc de Kent, samedi. Déjà son deuxième triomphe au plus prestigieux tournoi de golf amateur au Québec, à 22 ans. Et sans doute son dernier, puisqu'il prévoit devenir professionnel l'an prochain.
«Comme c'est probablement mon dernier Duc de Kent, cette victoire-là valait encore plus cher que la première. Je veux laisser ma marque dans le golf amateur québécois», a affirmé Ménard, au terme de la deuxième et dernière ronde disputée au club Royal Québec, à Boischatel.
Le représentant du club Pinegrove et résident d'Ange-Gardien, en Montégérie, a rapporté une carte de 71, samedi, un coup sous la normale, pour un total de 140 (- 4). Bien qu'il s'agisse du pointage le plus élevé d'un gagnant du Duc de Kent depuis 2008, Ménard a été le seul à jouer sous la normale de 72 à chacune des deux journées de compétition sur le parcours Royal. En 2011, il l'avait emporté avec un cumulatif de - 6.
C'est justement cette régularité qui lui a valu d'enfiler le veston carreauté et de soulever la coupe. En 36 trous, il n'a commis que trois bogeys - deux samedi - et a réussi sept oiselets - trois samedi. Pendant que ses compagnons de jeu et principaux rivaux fraternisaient avec les arbres, pour un, et le sable, pour l'autre, Ménard a surtout suivi la ligne droite encore samedi.
Le dernier groupe qu'il formait avec Joey Savoie et Jean-Michel Paré était le plus suivi, par plusieurs dizaines d'amateurs. «En 2011, j'étais plus excité, plus flamboyant et j'avais pris l'énergie de la foule. Mais l'an passé, je me suis laissé envahir par les émotions et ç'a joué contre moi.» Comeneur après la première ronde en 2013, il avait terminé au troisième rang.
«Alors cette année, j'ai fait complètement abstraction des spectateurs. C'est plate pour eux, mais je ne les voyais même pas! Et ce n'est pas évident, ils sont proches!» s'est-il exclamé, donnant en exemple les golfeurs vedettes Tiger Woods et Jason Dufner, «qui contrôlent leurs émotions à 100 %».
championnat amateur et omnium canadien
Ménard dirige maintenant son regard vers le Championnat amateur québécois, du 22 au 25 juillet, au club Val des Lacs, près de Saint-Jérôme. Mais avant, il tentera sa chance à la qualification du lundi de l'Omnium canadien de la PGA et espère hériter d'une des quatre invitations au Royal Montréal, aux mêmes dates.
Cet hiver, il jouera sa dernière saison à l'Université de la Caroline du Nord à Charlotte. Tout le pousse donc vers les rangs professionnels pour 2015. «Je sais où je m'en vais. Je veux essayer», a-t-il conclu.
Meneur après 18 trous, Savoie (Pinegrove) a fini sa ronde de samedi à + 4, jouant la normale pour le tournoi. Aussi prétendants après la première journée, Paré (+ 11 samedi, Victoriaville), Jean-Philippe Paiement (+ 8, Vallée de la Lièvre), Adam Poulin (+ 7, Beauceville) et Samuel Reid (+ 6, La Faune) se sont effondrés en ronde finale.
Bédard brille sur les verts
À seulement 19 ans, Pierre-Alexandre Bédard (photo) a été sacré meilleur joueur de la région de Québec du 80e Duc de Kent. Le jeune golfeur du club de Cap-Rouge a signé une deuxième journée de 69, trois coups sous la normale, ronde traversée sans bogey.
Avec le 73 de vendredi, son pointage total le fixe en deuxième place, à - 2, à deux coups du vainqueur Raoul Ménard (Pinegrove) et à égalité avec Dwight Reinhart (Arnprior) et Francis Berthiaume (Laval-sur-le-Lac). Bédard fait partie des cinq concurrents sur 141 à avoir rendu un cumulatif inférieur à la normale.
Le natif de Chibougamau attribue ses succès de samedi à son brio sur les verts. «J'ai fait 27 coups roulés [sur 18 trous]. C'est là que ça s'est passé», a analysé celui qui aura 20 ans en août. Il en était à sa troisième participation au Duc de Kent, sa première officielle en tant qu'amateur. Lors de ses deux premières, il s'alignait chez les juniors.
Bédard grave du coup son nom sur le trophée André Gagné, du nom du vénérable membre du Royal Québec qui participait cette année à son 52e Duc de Kent. Gagné, de Boischatel, aura 70 ans la semaine prochaine. Il a joué 81 (+ 9), vendredi, et n'a ainsi pu éviter la coupure.
«Je suis très honoré de recevoir un trophée au nom d'André Gagné, indique Bédard. J'ai joué avec lui l'an passé, alors je le connais un peu. En plus, il m'avait battu!» rappelle l'auteur d'un + 4, en 2013, un coup de plus que le vétéran Gagné.
Bédard est sur une bonne séquence. Il avait fini sixième la semaine dernière, au tournoi Alexandre de Tunis, à Ottawa, premier joyau de la triple couronne du golf amateur québécois. Le Duc est le deuxième, le plus brillant, et le Championnat provincial, la semaine prochaine, le troisième.
Après avoir fait son cégep à la maison, à Chibougamau, il vient d'adopter Québec comme nouvelle demeure et entre à l'Université Laval en septembre. Mathieu Paradis, entraîneur adjoint chez le Rouge et Or, le dirige déjà depuis quelques années.
Une ronde du tonnerre
La meilleure ronde de la journée de samedi appartient à Dwight Reinhart, 65 coups pour - 7. L'Ontarien de 44 ans du club d'Arnprior avait toutefois roulé + 5 la veille, ce qui le laisse en deuxième position au final, à - 2. «Hier [vendredi], j'étais stressé. Je voulais juste bien me positionner au classement, mais j'ai tout juste fait la coupure. Alors aujourd'hui [samedi], je me suis juste amusé et ç'a marché!» a souri celui qui n'a inscrit aucun bogey sur ses 20 derniers trous. Ancien professionnel, Reinhart aime le golf plus que jamais, maintenant qu'il est redevenu amateur et gagne sa vie comme représentant pour le fabricant d'équipement électrique Hubbell. «La vie est beaucoup plus agréable quand tu ne joues pas pour l'argent», assure-t-il. Le champion de l'an dernier, Mathieu Perron, avait enregistré une deuxième ronde de - 8 pour filer vers la victoire.