Raoul Ménard, du club Pinegrove de Saint-Luc, occupe le deuxième rang, ex aequo à un coup du meneur Joey Savoie à l'aube de la ronde finale du 80e Duc de Kent, disputé au club Royal Québec.

80e Duc de Kent: Savoie prend les commandes

Joey Savoie en tête, une meute de jeunes golfeurs a pris les commandes du 80e Duc de Kent,vendredi, au club Royal Québec. Les vieux renards restent cependant à l'affût en vue de la ronde décisive d'aujourd'hui.
«Être meneur, c'est un peu nouveau pour moi. Ça me rend un peu nerveux, mais ça ne m'empêchera pas de dormir ce soir [vendredi], ni de jouer au golf demain [samedi]», a assuré Savoie, après une première ronde de 68, quatre coups sous la normale de 72 qu'imposent les 6685 verges du parcours de Boischatel.
Âgé de 19 ans, le résident de Saint-Jean-sur-Richelieu a atteint 15 des 18 verts dans le nombre de coups prescrit, neuf en neuf au retour. Il a grugé ses quatre coups sous la normale sur les huit derniers trous.
«Mes quatre premiers trous ont été moins bons, c'était l'échauffement. Mais après, je suis passé en deuxième vitesse et je suis demeuré constant jusqu'à la fin», explique celui qui a terminé au quatrième rang de l'Alexandre de Tunis, lundi, à Ottawa, première tranche de la triple couronne du golf amateur québécois. Le Duc de Kent et le Championnat provincial en constituent les autres joyaux.
Savoie fait partie d'une cuvée d'étoiles montantes qui sortent du club Pinegrove, situé à Saint-Luc, entre Saint-Jean-sur-Richelieu et Brossard. Raoul Ménard et Vincent Blanchette aussi. Vainqueur du Duc en 2011 et troisième l'an dernier, Ménard se classe pour l'instant deuxième, ex aequo, avec Jean-Michel Paré, à un coup du meneur (- 3).
«Dans les deux dernières semaines, ç'allait moyen. Je manquais de concentration, je n'étais pas sharp. J'ai vu gagner mon ami [Blanchette] au Tunis et ça m'a donné un coup de pied au derrière», avoue le golfeur de 22 ans d'Ange-Gardien, en Montégérie.
«Ici, c'est vraiment l'atmosphère d'un tournoi et j'ai souvent bien joué. Je sais quoi faire», fait valoir Ménard, qui a commis son seul bogey de la journée au premier trou. Il a raté des oiselets au neuvième, touchant le fanion sur son approche, au 15e, raclant la coupe, et au 18e, loupant un roulé qui l'aurait hissé au rang de comeneur.
journée en dents de scie pour blanchette
Fort de son titre au Tunis acquis il y a cinq jours, Blanchette, 21 ans, a connu des hauts et des bas, vendredi. Un neuf d'aller de - 2 combiné à un retour de + 3 le fixe à + 1. «Je suis encore dans le coup et sur ce terrain, on ne sait jamais, surtout s'il vente», comme l'annoncent les météorologues pour aujourd'hui. «Mon objectif est toujours de gagner», tranche celui qui a fini deuxième en 2012.
Égal avec Ménard à un coup du sommet, Paré est âgé de 21 ans et provient de Thetford Mines. Membre du Rouge et Or de l'Université Laval, il représente le club de Victoriaville dans les rangs civils. Il a réussi quatre oiselets sur ses cinq derniers trous.
Retour en force de Jean-Philippe Paiement (Vallée de la Lièvre), 25 ans, de Mont-Laurier, qui pointe à - 1 à sa première compétition depuis sa victoire au Duc de Kent en 2010. Trois golfeurs de la région partagent le cinquième rang avec Paiement, soit Samuel Reid (La Faune), Adam Poulin (Beauceville) et Jean Laverdière (Lévis).
Avec Laverdière, Luc Guilbault (Drummondville) est l'autre participant plus expérimenté à avoir battu la normale au jour un. Guilbault est à -2. La ronde finale met aux prises les 74 concurrents sur 141 qui ont joué + 2 (74) ou mieux.