5 M $ pour une chaire sur le carbone à l'INRS

Le gouvernement du Québec a annoncé mardi matin un investissement de 5 millions $ sur cinq ans pour la création d'une chaire de recherche sur la séquestration géologique du carbone à l'Institut national de recherche scientifique.
Comparativement au 1,5 milliard $ du plan vert québécois pour la lutte au changement climatique, la ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Mme Line Beauchamp, avoue que la somme de 5 millions $ semble bien peu, mais que la captation du CO2 est une mesure importante partout dans le monde.
Il faut que les chercheurs québécois soient à l'avant-scène dans ce domaine, précise-t-elle en conférence de presse, car le secteur industriel devra faire d'autres efforts pour atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre.
Elle souligne aussi qu'il s'agit de la 20e mesure du plan d'action québécois, que ce n'est pas la seule action à poser bien qu'il faut, dans la panoplie des options possibles, que la captation du CO2 soit prise en compte.
La chaire sera confiée au professeur-chercheur Michel Malo, expert dans l'analyse des bassins sédimentaire, pour évaluer les enjeux socio-économiques de l'implantation de la technique de stockage et de captage du carbone au Québec.