La Coopérative Méduse, qui fête ses 20 ans, pourra procéder à des rénovations et à l'achat d'équipement.

3,3 millions $ pour rafraîchir Méduse

La Coopérative Méduse aura droit à une cure de jeunesse. Le regroupement d'organismes artistiques qui fête ses 20 ans cette année reçoit 2,8 millions $ du gouvernement du Québec et 500 000 $ de la Ville de Québec pour l'achat d'équipement et des rénovations à son bâtiment de la côte d'Abraham.
«Eh oui, il faut réparer des fois. C'est pas très jazzé et pas toujours très visible, mais ça fait du bien quand on a un immeuble en bon état», a commenté la ministre de la Culture, Hélène David.
L'aide provient du programme Aide aux immobilisations.
La libérale a annoncé hier une entente de principe qui permettra aux organismes d'aller de l'avant avec des rénovations à son immeuble qui en a bien besoin, selon la présidente de Méduse, Geneviève Desmeules. Des interventions aussi «de base» que rénover certaines portes et colmater une infiltration d'eau sont nécessaires au bâtiment construit en 1995 le long de l'artère qui relie la haute ville et la basse ville de Québec.
«L'immobilier, il faut que tu t'en occupes. Et le bâtiment de Méduse était vraiment dû pour avoir une mise à niveau», a renchéri la conseillère responsable de la culture, Julie Lemieux.
Ces deux subventions pourraient être assorties d'une autre somme à être demandée au gouvernement fédéral. Les besoins ont été chiffrés par les responsables de Méduse à plus de 4,5 millions $. Le Conseil des arts et des lettres et un partenariat privé devraient venir compléter le montant total pour les travaux et l'achat d'équipement.
Bouffée d'air pour les organismes
Mais la large part de cette somme annoncée hier est une bouffée d'air pour les organismes, selon la directrice générale de Méduse, Caroline Salaün. «C'est comme un baume au coeur, surtout dans le contexte économique actuel», a-t-elle indiqué.
Méduse regroupe les organismes Antitube, la Bande Vidéo, Spira, Engramme, l'OEil de Poisson, VU, la Manif d'Art, Recto Verso, Atelier de la Mezzanine et Avatar. Tous consacrés à une forme d'art comme la vidéo, l'art audio, la photo et les arts multidisciplinaires, ces groupes se doivent d'être à la fine pointe de la technologie, ont dit hier toutes les intervenantes.
Il y a un an, la Ville de Québec, propriétaire de l'immeuble, a ajouté 20 ans aux 10 années qui restaient au bail emphytéotique de la coopérative, permettant d'envisager l'avenir pour au moins 30 ans encore.