Le palais de justice de Québec

285 000 $ réclamés pour trois doigts coupés en fendant du bois

Après avoir perdu trois doigts sous la lame d'une fendeuse à bois, une femme de Charlesbourg intente une poursuite de 285 000 $ contre l'amie à qui elle avait rendu service.
Danielle Villeneuve avait accepté le 25 juillet 2011 d'aider son amie Doris Boutet de Saint-Nicolas à fendre du bois de chauffage.
Les deux femmes utilisent une fendeuse à bois, un équipement constitué d'un couteau à mécanisme hydraulique et d'une plateforme pour recevoir les bûches.
Selon ce qu'on peut lire dans la requête introductive d'instance déposée jeudi en Cour supérieure, c'est Doris Boutet qui enclenche la fendeuse à l'aide d'une manette, tandis que Danielle Villeneuve place les bûches de bois sur la plateforme.
Alors que Mme Villeneuve est toujours à installer une bûche sur la fendeuse, Doris Boutet active le couteau. L'index, le majeur et l'annulaire de la main gauche de la femme ont été complètement sectionnés.
«Le geste précipité et irresponsable de la défenderesse a rendu l'accident inévitable», allègue Danielle Villeneuve dans sa requête.
La dame de Charlesbourg s'est soumise sans succès à diverses interventions chirurgicales visant à la réimplantation de ses doigts, qui ont finalement dû être amputés.
«Durant plusieurs mois, la demanderesse a dû vivre avec une douleur constante et davantage, au cours de son hospitalisation, on a craint pour sa vie», soutient-on dans la requête.
Depuis l'amputation, Danielle Villeneuve souffre de ce que les experts appellent une «incapacité totale combinée» de la main évaluée à 40 %.
Elle affirme avoir dû s'absenter de son travail d'infirmière jusqu'au 1er mai 2013 en plus d'être privée de plusieurs loisirs. 
Danielle Villeneuve réclame au total 285 000 $ en dommages à Doris Boutet.