Alex Harvey

17e, Harvey gagne tout de même une place au classement

À la dernière minute, il a changé son plan de travail. Au lieu de s'entraîner en prévision du sprint par équipe de dimanche, Alex Harvey a plutôt mis un dossard pour participer au sprint individuel à Toblach, en Italie, samedi matin. Malgré une 17e position au classement, il a grimpé d'un rang au classement cumulatif de la Coupe du monde de ski de fond, où il pointe en quatrième position.
«Je n'ai pratiquement rien fait de la semaine, alors il était prévu que je fasse de l'intensité à la veille du sprint par équipe. En parlant avec Louis [Bouchard, son entraîneur], j'ai dit tant qu'à faire des intervalles, aussi bien enfiler un dossard, faire la course et voir ce qui arrive», racontait-il au téléphone après la course.
Le projet n'a pas mené à un podium, mais le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges a quand même tiré des dividendes de son élimination en quart de finale. «Ç'a été une bonne opération, car j'ai gagné un rang au classement. J'ai été surpris, je me sentais vraiment bien, ce fut même ma meilleure qualification [huitième] depuis deux ans.
«Physiquement, j'étais dans une bonne journée, j'ai eu les meilleures sensations en sprint depuis un bon bout. Après, dans les rondes éliminatoires, il y a toujours un peu de chance. J'ai essayé de passer, mais j'ai été bloqué. Bon, 17e, ce n'est pas un super résultat, mais ça m'a donné 14 points au classement que je ne serais pas allé chercher, alors je prends cela comme un bonus.»
Le Norvégien Sindre Bjoernestad Skar l'a finalement emporté devant Simeon Hamilton (États-Unis) et Johannes Hoesflot Klaebo (Norvège).
Nouveau duo
Dimanche, Harvey formera un nouveau tandem avec Len Valjas, 20e samedi, au sprint par équipe de dimanche. Un changement majeur, puisqu'il avait remporté l'or aux Mondiaux de 2011 avec Devon Kershaw, qui n'a plus la vitesse d'antan pour conserver sa place.
«Je n'ai jamais fait de sprint par équipe avec Lenny, on voulait l'essayer avant les Championnats du monde pour que ce ne soit pas la première fois là-bas. Parce que c'est une première pour nous, les attentes ne sont pas grandes, mais je pense qu'un top 5 est possible. À chaque fois qu'on prend le départ, on vise le podium, c'est la même chose pour les autres. Il y a des équipes plus expérimentées que la nôtre, mais on va se battre jusqu'à la fin.
Le sprint par équipe est une course à relais où chaque fondeur effectue trois boucles à tour de rôle. Et comme le circuit de Toblach est court, il risque d'y avoir beaucoup de circulation. «Ici, le parcours "viraille" pas mal, ça prendra une bonne part de chance aussi. On avait de bonnes sensations au sprint individuel, je pense qu'on peut bien faire.»