Dans Hakanaï, une danseuse met en mouvement dans un cube des images éphémères au rythme d'une partition sonore interprétée en direct.

15e mois Multi: chevauchements de territoires

Depuis déjà 15 ans, le Mois Multi (MM15) abat les cloisons entre les différentes disciplines artistiques. L'occasion était belle pour le festival de souligner cet anniversaire sous le signe du temps et de renouveler sa formule.
Ainsi, cette année, le festival des arts multidisciplinaires et électroniques fera se chevaucher les spectacles et les installations tout au long du mois de février, au lieu d'en faire deux volets consécutifs comme avant. L'organisation du MM15 a aussi annoncé la création d'un prix pour honorer la contribution d'un artiste au domaine des arts multi.
Les différentes oeuvres dévoilées hier se placent sous le signe d'une certaine temporalité, a souligné Viviane Paradis, directrice artistique du MM15. «Les moyens technologiques mis en oeuvre sont autant de machines à conjurer le temps», a-t-elle expliqué.
Le 15e anniversaire était aussi l'occasion de ramener des artistes marquants ayant déjà participé aux Mois Multi précédents, tout en favorisant la relève de Québec, avec le soutien du programme Première Ovation. Certaines de ces performances avaient déjà été annoncées: Les oiseaux mécaniques, du Bureau de l'APA (5 et 6 février), Opium, de Mathieu Campagna et Miriane Rouillard (7 et 8 février), ainsi que Notre Coney Island, du Théâtre Rude Ingénierie (27, 28 février et 1er mars).
Parmi les retours, on compte notamment Christian Lapointe, qui avait présenté le spectacle Outrage au public l'an dernier. Cette année, il revient avec Orphée 21, une installation vidéo qui s'annonce troublante. À travers le montage d'une suite de témoignages de quatre personnes qui ont survécu à une tentative de suicide, l'artiste veut jeter un regard neuf sur le mythe d'Orphée. Du 26 février au 2 mars, au Studio d'essai de Méduse.
Les spectacles nous permettront de découvrir ou de redécouvrir des artistes locaux, comme Jocelyn Robert et son Quelques détours pour piano seul (6 février), et le robot Arthy, du collectif fin larmoiement.
Montréal fournit aussi son lot de créateurs, comme Nicolas Bernier qui viendra proposer sa performance sonore et lumineuse Frequencies (Synthetic Variations). De son côté, la prestation de Félix Boisvert, Concerto au sol (25 et 26 février) est le moment idéal pour amener les enfants au Mois Multi. La performance multidisciplinaire nous entraîne dans le sillon d'une main-marionnette qui apprivoise le code de la musique à travers un périple inusité.
Du côté international, Québec recevra les 7 et 8 février la visite d'Adrien M/Claire B. Le duo français présentera en première nord-américaine Hakanaï, qui mélange danse et arts électroniques. Au milieu d'un cube, une danseuse met en mouvement des images éphémères au rythme d'une partition sonore interprétée en direct.
Une autre production Québec-France de Rhizome et éclats, La chute du piano, prendra la forme d'un parcours déambulatoire mélangeant littérature et musique contemporaine au Musée national des beaux-arts du Québec, les 14 et 15 février.
Différentes installations interactives nous en feront voir de toutes les couleurs et les textures, notamment avec le trio 2012 (Line Nault), Notional Field (Québec City) (Cuppetelli & Mendoza) et Fluides (Scenocosme), présenté du 14 au 23 février à la salle Multi.
Les Cabarets audio sont aussi de retour au Cercle. Thomas Bégin, Alexandre Berthier, Nathalie Petkova et Nancy Tobin utiliseront le mouvement comme point de départ de ces soirées exploratoires, du 5 au 8 février.
L'ensemble de l'événement se tient principalement dans les locaux de Méduse, du 5 février au 2 mars, mais étend aussi ses tentacules dans d'autres lieux partenaires, notamment à la Caserne, chez VU PHOTO, au studio d'Avatar et à la Galerie des arts visuels de l'Université Laval. Pour consulter l'ensemble de la vaste programmation: moismulti.org. Les billets seront mis en vente à partir du 28 janvier.