Le palais de justice de Québec

15 mois pour le harceleur Robert Mitchell

Robert Mitchell, coupable d'avoir harcelé le député caquiste Marc Picard et ses employés et d'avoir fait des menaces de mort visant les employés de l'Assemblée nationale et du palais de justice, écope d'une peine de 15 mois de prison.
Le citoyen fâché ne peut pas faire valoir ses droits en commettant une infraction criminelle, a rappelé la juge Hélène Bouillon.
Si l'on soustrait la détention provisoire, qui équivaut à 10 mois et demi, Robert Mitchell sortira de prison dans 4 mois et demi.
Une fois en liberté, il n'aura pas le droit de se rendre à l'Assemblée nationale ni au palais de justice, sauf pour des procédures judiciaires. Il lui est aussi interdit de communiquer avec le député de Chutes-de-la-Chaudière et ses employés.
Mitchell, un récidiviste du harcèlement, a quitté la salle d'audience en lançant qu'il allait porter la décision en appel.