007 Skyfall: mission accomplie

Le dernier James Bond, Quantum of Solace, ayant laissé un goût amer chez les fans du célèbre espion, la marche était haute pour Sam Mendes, chargé de remettre sur les rails la légendaire franchise. Le talentueux réalisateur de Beauté américaine peut dire mission accomplie. En cette année où l'agent 007 fête son demi-siècle d'existence, Skyfall s'impose comme l'un des épisodes les mieux réussis, heureux mélange de classicisme et de modernité.
Depuis Casino royale, les producteurs ont pris conscience que le mythe créé par Ian Fleming avait besoin d'être dépoussiéré, histoire de le faire sortir de sa zone de confort et d'éviter qu'il se transforme en anachronisme vivant. Les scénaristes Robert Wade et Neal Purvis (Casino royale), en collaboration avec John Kegan (Hugo), ont compris le message.
Dans ce 23e épisode, 007 n'a plus grand-chose à voir avec ses prédécesseurs. Plus animal, vulnérable, habité d'un charme cockney, le personnage endossé avec brio pour la troisième fois par Daniel Craig n'en dégage pas moins cette indispensable aura d'invincibilité. Audacieux, les scénaristes se permettent même d'évoquer une soi-disant expérience homosexuelle, good lord!
Invincible, disions-nous? Pas tant. Lors d'une ouverture explosive fidèle à la tradition, 007 est victime d'une erreur collatérale, après une poursuite à moto, dans les rues d'Istanbul, et un affrontement sur le toit d'un train roulant à vive allure. L'agent sera laissé pour mort, mais pas pour longtemps. Les héros ne meurent jamais. James Bond encore moins.
Une fois cette couleuvre avalée de peine et de misère par le spectateur, les affaires iront rondement pour lui. Après un séjour olé-olé au soleil et une période de remise en question, 007 reprendra du service. De Londres à la campagne écossaise, en passant par Shanghai et Macao, Bond sera confronté à un terroriste de haut calibre. Raoul Silva (Javier Bardem), un ancien collègue recyclé dans le cyberterrorisme, multipliera les coups d'éclat dans sa mission punitive contre la grande patronne du MI6, M (Judi Dench, de retour pour une septième fois), personnage secondaire pivot de Skyfall.
Les Bond Girls sont évidemment au rendez-vous, Naomie Harris et la Française Bérénice Marlohe. Sans oublier la cure de rajeunissement subie par le maître ès gadgets, Q (un nouveau venu, Ben Whishaw), créateur d'un Walther PPK doté d'un système de reconnaissance d'empreintes digitales.
Le nouvel ennemi de Bond lui en fera baver, avec sa facilité déconcertante à pirater les systèmes informatiques et provoquer des catastrophes, comme le déraillement d'une rame de wagons dans le métro de Londres. Avec sa tignasse décolorée à la Christopher Walken (Dangereusement vôtre) et son look soigné, Raoul Silva incarne la nouvelle peur planétaire de notre époque, façon Julian Assange.
Javier Bardem habite avec un machiavélisme BCBG ce méchant d'anthologie. Une performance à inscrire au panthéon des «meilleurs pires» ennemis de 007. Silva va même jusqu'à faire des avances au fantasme de ces dames. «Qui peut te faire croire que c'est ma première fois?» lui lance Bond, enchaîné à une chaise, pendant que son vis-à-vis lui caresse lascivement les jambes...
Fan de Bond depuis Vivre et laisser mourir, Sam Mendes livre une production à la mise en scène soignée, habile à saisir les multiples nuances du héros. Autour de lui, sur le plateau, que des grosses pointures : le fidèle collaborateur des frères Coen à la photographie, Roger Deakins; le responsable des effets spéciaux sur les films de Christopher Nolan, Chris Corbould; la chef costumière de Harry Potter, Jany Termine; Thomas Newton, 10 nominations aux Oscars, à la musique. Chapeau également aux concepteurs de la chanson-thème, interprétée par Adele, qui colle parfaitement à l'ambiance du film.
N'en déplaisent aux dénigreurs (de moins en moins nombreux) de Daniel Craig, l'acteur a un contrat en poche pour deux autres épisodes. Si une nouvelle façon de revisiter le mythe s'impose à ce moment, elle pourrait venir de Christopher Nolan qui a déjà fait savoir qu'il demanderait alors un autre acteur, inconnu de préférence. Mais vu le succès inévitable de cette nouvelle production (qui bat des records de fréquentation en Europe depuis deux semaines), Craig peut dormir tranquille : le ciel n'est pas près de lui tomber sur la tête.
AU GÉNÉRIQUE
Cote : *** 1/2
Titre : 007 Skyfall
Genre : action-espionnage
Réalisateur : Sam Mendes
Acteurs : Daniel Craig, Javier Bardem, Judi Dench, Ralph Fiennes, Naomie Harris, Albert Finney, Bérénice Marlohe, Ben Whishaw et Rory Kinnear
Salles : Cinéplex Sainte-Foy, Cinéplex Beauport, Des Chutes, Lido et Théâtre Imax
Classement : général (déconseillé aux jeunes enfants)
Durée : 2h23
On aime : la performance de Javier Bardem, la mise en scène soignée, la photographie, la chanson-thème d'Adele, les cascades
On n'aime pas : l'incohérence de la «résurrection», quelques longueurs en première partie