XLVIIIe Super Bowl: place à la «grand-messe»

Il reste un peu moins de 36 heures avant la «grand-messe» du ballon ovale opposant les Broncos de Denver aux Seahawks de Seattle. Le botté d'envoi du XLVIIIe Super Bowl est prévu pour 18h30 demain. Mais le Super Bowl, c'est bien plus que du sport. Voici quelques faits et chiffres entourant cet événement hors du commun.
Ouvrir le chéquier
Comme toujours, le prix des billets pour le Super Bowl est exorbitant. Pour pouvoir y assister, il faut débourser entre 1500 et 8400 $ du billet, affichait vendredi le site Ticket Network. Il est possible de louer une suite pour environ 265 000 $. Sur eBay, il y avait encore des places disponibles, dont le prix variait entre 2000 $ et 9500 $ canadien le billet. Plutôt cher si on pense qu'en 1967, un laissez-passer pour la finale coûtait 12 $.
90 millions $
La fin de semaine du Super Bowl est occupée dans des endroits comme Las Vegas. Les parieurs y affluent et ses casinos accueilleront plus de 200 000 visiteurs supplémentaires. Alors que les paris totaux sur l'événement avoisineront les 90 millions $, on prévoit que ces visiteurs supplémentaires généreront une activité économique additionnelle de 150 millions $ en une fin de semaine. Le Super Bowl représente environ 2,8 % de tous les paris sportifs enregistrés au Canada. Sur le site partypoker.com, un pari pour les Seahawks donne 2,10 fois la mise initiale et elle est de 1,83 fois pour les Broncos.
S'exposer 30 secondes
Selon le magazine Ad Age, pour le XLVIIIe Super Bowl, le prix moyen pour une publicité de 30 secondes est estimé à un peu plus de 4 millions $US (FOX). Les retombées pour chaque publicité seraient de l'ordre d'environ 11 millions $US. Le prix d'un spot de 30 secondes au Super Bowl est en forte croissance depuis quelques années. En 2008, un annonceur devait allonger en moyenne 2,8 millions $US pour s'afficher pendant 30 secondes. En 1967, une publicité de 30 secondes pour le Super Bowl coûtait 42 000 $. Au Canada, le prix pour un spot de 30 secondes est d'environ 150 000 $ et de 10 000 $ au Québec (RDS).
Une mine d'or
Les événements comme le Super Bowl et les Jeux olympiques sont une véritable mine d'or pour les commerçants d'électronique. Que ce soit une 50 ou une 60 pouces, plasma ou DEL, chaque foyer possède aujourd'hui son «petit» écran. Pas question de manquer le XLVIIIe Super Bowl et le spectacle de la mi-temps! D'ailleurs, ce sont Bruno Mars et les Red Hot Chili Peppers qui seront chargés de faire monter la température du MetLife Stadium demain.
La cohue pour les télévisions en prévision de la finale débute 10 jours avant le jour J, a confié Martin Godon, directeur du magasin Future Shop à Lebourgneuf. «Mais contrairement à il y a 10 ans, les gens n'achètent pas juste des téléviseurs pour le Super Bowl, mais aussi pendant la saison du Rouge et Or.» Chez la Clef de Sol, on parle d'une hausse d'environ 10 % de téléviseurs vendus. Le prix payé peut atteindre jusqu'à 5000 $. Il ne faut surtout pas penser que le monde en achète juste pour le Super Bowl, prévient Christian Labrie, gérant de la Clef de Sol. «Il y a aussi les Jeux olympiques.»
108,4 millions
Ils étaient 108,4 millions d'Américains (CBS) et 6,2 millions de Canadiens (CTV) rivés devant leur écran de télévision en 2013 lors de la finale opposant les Ravens de Baltimore aux 49ers de San Francisco à la Nouvelle-Orléans. Les années ayant connu la plus forte audience sont en fait les Super Bowl de 2012 à Indianapolis - avec 111,3 millions de téléspectateurs - et de 2011 à Arlington - avec 111 millions. La finale peut être suivie dans plus de 200 pays à travers le monde. Au Québec, RDS avait fait état en 2013 de cotes d'écoute de 788 000.
Ailes et guacamole
Aux États-Unis, selon le National Chicken Council's 2014 Wing Report, 1,25 milliard d'ailes de poulet seront dévorées pendant le Super Bowl, ce qui représenterait 20 millions de plus que l'année dernière. Selon le site WalletHub, les entreprises Dominos et Pizza Hut prévoient vendre 29 millions de pointes de pizza. Il n'y a pas juste les ailes de poulet et les pizzas qui font fureur, la guacamole aussi. Selon le Hass Avocado Board, 104,2 millions de livres d'avocats seront consommées demain. À la chaîne de restaurants La Cage aux Sports, on estime que 12 000 litres de bière et 100 000 ailes de poulet seront vendus à travers les 52 établissements au Québec.
«Le Super Bowl représente l'un des trois événements importants pour les Cage aux Sports», a confié Jean Bédard, président et chef de la direction du Groupe Sportscene. Au Québec, chez Boston Pizza, l'impact se fait surtout ressentir au niveau des commandes pour apporter. «C'est entre 15 et 20 % d'augmentation des commandes [pizzas et ailes de poulet]», a indiqué Sonia Santos, directrice du marketing chez Boston Pizza. De plus, les magasins des bannières Provigo, Maxi, Maxi & Cie et Loblaws du Québec prévoient vendre plus de 11 millions d'ailes de poulet cette fin de semaine. Cette quantité permettrait de recouvrir d'ailes de poulet une superficie équivalente à un peu plus de cinq terrains de football.
Broncos ou Seahawks?
Si vous songiez à dénicher un chandail de match de vos préférés aujourd'hui, il se peut que vous reveniez bredouille de votre quête ou avec un t-shirt du numéro 12 sans nom. Numéro 12? Le chandail du partisan, le 12e homme sur le terrain, le vrai fan.
Mardi, lors du passage du Soleil au Pulsion Sport des Galeries de la Capitale, il ne restait déjà plus aucun chandail de match de Peyton Manning (Broncos) ou de Russell Wilson (Seahawks) à 140 $. «Nous avions environ 15 chandails officiels de Manning», a souligné Sylvie Leclerc, employée au Pulsion Sport. «Et présentement, il ne nous reste que des t-shirts (entre 20 et 35 $).» Pour les produits de football, on constate une hausse des ventes variant de «10 à 15 % lors des deux semaines avant le Super Bowl», a ajouté Mme Leclerc.
Chez Logo Sport, la situation est similaire. «La demande avant le Super Bowl grimpe de 30 % à 40 % pour les produits des deux équipes qui participent à la finale. Je n'ai pas assez de chandails en stock pour pouvoir y répondre. L'approvisionnement est le gros problème», a déclaré le gérant François Vallerand.
Saveur québécoise
Pour la première fois de l'histoire de la NFL, le Super Bowl sera tenu dans un stade ouvert loin du soleil du Sud. Une situation qui pourrait influencer le déroulement du match. Pour l'instant, Dame Nature prévoit sept degrés et nuageux pour demain. Le MetLife Stadium, antre des Giants et des Jets de New York, a ouvert ses portes en avril 2010. Il peut accueillir jusqu'à 82 500 spectateurs. Une compagnie québécoise a travaillé sur sa structure. Laquelle? Si vous avez dit le groupe Canam, vous avez la bonne réponse. La compagnie a travaillé à la conception-ingénierie et à la fabrication du stade. De plus, Canam a participé à la construction du stade de baseball des Mets (MLB), le Citi Field, et de celui des Yankees, le Yankee Stadium, sans oublier celui des Patriots de la Nouvelle-Angleterre (NFL), le Gillette Stadium.
Bière et...
Rapporté dans le USA Today en 2013, 50 millions de caisses de bière ont été consommées lors du Super Bowl, ce qui a entraîné plus de deux milliards de gallons d'eau utilisés pour évacuer la bière durant l'événement. Il estime le nombre de personnes à aller à la salle de bain à la mi-temps à 90 millions. À noter qu'en moyenne, près de sept millions d'Américains se déclarent malades au travail après l'évènement.
Avec La Presse
Sources : Forbes, Overthecap.com, National Chicken Council, ESPN, NFL, CTV, BBM, MarketWatch, USA Today, BBM, latinpost.com, Canadian Gaming Association