White Birch n'a pas touché aux 35 M$ d'Investissement Québec

Au moment de la réouverture, en août 2012, de l'usine Stadacona de Papiers White Birch, le gouvernement du Québec, par l'entremise d'Investissement Québec, avait offert un prêt remboursable de 35 millions $ sur 15 ans à la papetière.
Or, Le Soleil a appris que l'entreprise n'a jamais touché un sou de ce prêt. 
Les 35 millions $ sont restés sur la table.
«Aucun paiement n'a été émis», confirme Chantal Corbeil, porte-parole médias et conseillère en affaires publiques à Investissement Québec. «Sans doute que la compagnie Papiers White Birch a jugé qu'elle n'avait pas besoin de ce prêt.»
Il n'a pas été possible de connaître les explications de l'entreprise.
2,1 M$ pour la formation
Par contre, la papetière a utilisé 2,1 des 3,7 millions $ offerts à l'époque par le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale pour la formation de la main-d'oeuvre.
En contrepartie de ce coup de pouce de l'État québécois, Papiers White Birch s'engageait à investir 46 millions $ afin d'accroître la productivité et la compétitive de son usine du boulevard des Capucins à Québec.
Plus tôt cette semaine, Le Soleil indiquait qu'à la suite de l'acceptation, en avril dernier, de nouvelles conventions collectives de travail par les 330 employés, Papiers White Birch va investir 6 millions $ pour permettre le démarrage de la machine à papier numéro 1. D'autres projets totalisant des investissements additionnels de 12 millions $ sont à l'étude.