VIA a transporté un nombre record de passagers

MONTRÉAL - Le froid glacial du temps des Fêtes a fait des heureux chez Via Rail, qui a alors enregistré un nombre de passagers plus élevé que durant toutes les dernières années à bord de ses trains.

Entre le 18 décembre et le 7 janvier, les trains de Via Rail ont enregistré une hausse de 9,7 pour cent de l’achalandage par rapport à 2016-2017, soit 308 000 passagers, a fait savoir la société de transport, mardi. Il s’agit d’un nombre «record», selon Via Rail, mais la société ne compare ses données que depuis 2009.

Le temps froid et les conditions routières difficiles y ont certes été pour quelque chose, mais Mariam Diaby, responsable des relations avec les médias pour Via Rail Canada, souligne que la société a aussi déployé plusieurs efforts, depuis 2014, afin d’accroître l’achalandage à bord de ses trains.

«Depuis 2014, on a mis en place une stratégie qui était très axée sur le client. Et depuis 2014, on a vu une hausse de l’achalandage et une hausse des revenus. Et le temps des Fêtes est une période qui est, pour les transporteurs, très occupée. Alors c’est une résultante de toutes ces stratégies», a-t-elle expliqué au cours d’une entrevue.

Les trains du corridor Québec-Windsor ont été particulièrement populaires, avec 291 500 passagers. Ces trains desservent les municipalités de Montréal, Québec, Ottawa, Toronto, London, Windsor, Sarnia et Niagara Falls, notamment.

Mme Diaby estime que l’achalandage de ce populaire corridor n’a pas encore atteint son plafond. «Nous croyons qu’il est possible d’aller chercher encore plus de gens.»

C’est la journée du 22 décembre qui a été la plus achalandée, 20 700 voyageurs ayant alors pris un train de Via Rail.

«Je pense que de plus en plus de gens font le choix de prendre le train plutôt que leur voiture, pour maintes raisons - la sécurité en étant une, le confort, la productivité à bord. Lorsqu’on est sur le train, on peut faire d’autres choses; on peut lire, on peut travailler, on peut se reposer, quelque chose que la voiture ne nous permet pas de faire. Et c’est un choix pour l’environnement», a-t-elle fait valoir.

C’est le tronçon Toronto-Ottawa qui a été le plus populaire, avec 35 800 passagers pendant cette période. Mme Diaby souligne que la fréquence de passage des trains y a été accrue, soit 10 départs par jour. «Le résultat de tout ça, ça a été une augmentation de l’achalandage de 38 pour cent», a-t-elle souligné.