Veau Charlevoix, une entreprise phare du terroir local, s'est placé il y a huit semaines sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. La dette s'élève à un peu plus de 760 000 $.

Veau Charlevoix évite la faillite

L'entreprise Veau Charlevoix de Clermont évite la faillite et sa relance est possible. L'assemblée des créanciers, mercredi, a mené à l'acceptation d'une proposition d'arrangement.
«Ça nous donne du temps pour trouver des investisseurs et relancer les activités», résume le directeur général du Centre local de développement (CLD) de la MRC de Charlevoix-Est, Guy Néron, dont l'organisme fait partie des créanciers. Ce sursis donné aux installations de Clermont relance l'option d'un abattoir régional multirace dans Charlevoix.
Un besoin clairement identifié par les producteurs locaux et appuyé par l'Union des producteurs agricoles. Un comité de travail est d'ailleurs en action au CLD de la MRC de Charlevoix-Est et étudie les différentes alternatives.
Rappelons que Veau Charlevoix, une entreprise phare du terroir local, s'est placé il y a huit semaines sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. La dette s'élève à un peu plus de 760 000 $.
L'entreprise, qui avait un chiffre d'affaires de 4 millions $, employait 27 personnes. Elle expliquait ses déboires par le contexte difficile qui a fait suite aux scandales dans le milieu de l'élevage de veau et la hausse du prix des veaux, réduisant la rentabilité des opérations d'abattage.
Précisons que les activités d'élevage de Veau Charlevoix ne sont pas touchées par les difficultés de l'abattoir situé dans le parc industriel de Clermont, où faisaient aussi affaire des producteurs d'agneaux, d'émeus et de chevreaux de la région.