L'usine de biométhanisation sera la toute première installation de transformation des déchets organiques en biocarburant non seulement au Québec, mais en Amérique du Nord.

Usine de biométhanisation: un chantier de 28 millions $

La construction de l'usine de biométhanisation de 28 millions $ à Rivière-du-Loup débutera bientôt. Il ne manque qu'une seule autorisation environnementale pour que la société mixte composée de la municipalité régionale de comté (MRC), de la municipalité et de Terix Envirogaz de Québec, le partenaire privé, ait le feu vert pour ériger ce qui sera la toute première installation de transformation des déchets organiques en biocarburant non seulement au Québec, mais en Amérique du Nord.
«Chacune des technologies utilisées a fait ses preuves séparément avec succès ailleurs sur la planète. Mais c'est la première fois au monde que celles-ci feront partie d'une chaîne sur un seul et même site», relate Éric Tremblay, président de Terix Envirogaz.
On peut comparer le procédé utilisé au fonctionnement du système digestif. Les résidus organiques seront déposés dans un conteneur enfoui et séjourneront durant une certaine période dans trois digesteurs. La partie solide de la matière pourra être utilisée comme engrais ou compost, alors que le reste sera converti en biogaz liquide.
Décalé d'un an
La construction devait commencer l'an dernier pour un début des activités ce printemps. «Tout a été décalé d'un an parce que le projet de 28 millions $ a été modifié. Le gaz produit ne sera plus comprimé, mais liquéfié, et donc prêt a être utilisé comme biocarburant. Nous avions donc besoin d'un nouveau certificat d'autorisation environnemental, qui devrait nous être délivré dans les prochaines semaines», explique Monique Bouchard de la Ville de Rivière-du-Loup. L'innovation permettra de détourner du site d'enfouissement de Rivière-des-Vases quelque 25 700 tonnes de matières organiques annuellement. La production projetée est estimée à trois millions de mètres cubes et permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre de près de 9000 tonnes par année. C'est comme si on retirait 3000 voitures de la circulation.
Tout le gaz produit sera acheté par Gaz Métro, qui implantera à Rivière-du-Loup la première station publique de ravitaillement en biométhane liquéfié dans l'Est-du-Québec, au croisement des autoroutes 20 et 185. Le tout est en concordance avec son projet de Route bleue qui vise à ériger le premier corridor de transport des marchandises au gaz naturel liquéfié au Canada sur l'axe routier reliant les régions de Québec et de Toronto, par où transitent chaque semaine environ 48 000 véhicules lourds.
La station louperivoise permettra de ravitailler le trafic lourd en direction ou en provenance des provinces maritimes ou de l'est du Québec.
«Le biocarburant est un gaz propre. Il est aussi 35 % moins cher que le diesel. La plupart des importantes compagnies de transport ont déjà des camions équipés de moteurs qui fonctionnent de la sorte. C'est le carburant de l'avenir dans le transport lourd», conclut M. Tremblay.