Susan Collins, sénatrice républicaine du Maine, s’est exprimée sur Twitter dimanche au sujet des entreprises et des travailleurs qui ont une «relation privilégiée» avec le Canada.

Une sénatrice républicaine du Maine à la défense du Canada

Une sénatrice républicaine tente de calmer les tensions commerciales entre le Canada et les États-Unis en attirant l’attention sur une papeterie du Maine qui est «vraiment liée» à ses voisins immédiats.

La sénatrice du Maine Susan Collins a fait valoir que même si les deux pays avaient eu des différends au fil des ans en ce qui a trait aux subventions, le Canada demeurait «un allié proche, un bon ami et l’un des plus importants partenaires commerciaux des États-Unis».

Dans un message transmis dimanche sur le réseau Twitter, Mme Collins a affirmé que la «relation privilégiée» du Maine avec le Canada comprenait notamment des déplacements transfrontaliers quotidiens pour les infirmières canadiennes qui travaillent dans le Maine.

«Au Maine, nous avons une relation spéciale avec le Canada», a-t-elle écrit. «De nombreuses communautés frontalières sont vraiment liées (...) Nous devons préserver cette amitié.»

Elle a en outre évoqué l’usine de Twin Rivers Paper, située à Madawaska, dans le Maine, qui tire la pâte dont elle a besoin d’une canalisation qui trouve son origine à une usine d’Edmundston, au Nouveau-Brunswick.

Scierie

L’entreprise américaine exploite également une scierie à Plaster Rock, au Nouveau-Brunswick, qui produit des copeaux de bois et de la biomasse pour l’installation d’Edmundston.

Les commentaires de Mme Collins surviennent alors que le président américain Donald Trump et ses conseillers ne ménagent pas leurs critiques envers le premier ministre canadien, Justin Trudeau, à la suite du sommet du G7 qui se tenait le week-end dernier dans la région de Charlevoix, au Québec.

Le message de la sénatrice sur Twitter a été accueilli par certains lecteurs en colère, qui l’ont implorée de confronter M. Trump à propos du problème.

«Sans action vos mots sont comme de la vapeur», a lancé un internaute. «L’histoire vous jugera durement, vous et vos collègues.»

«Ne le dites pas à Twitter; dites-le à Trump», a répliqué un autre.