Le vice-président de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, François Vincent, estime que «la reprise va être longue et dure pour les PME» canadiennes.
Le vice-président de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, François Vincent, estime que «la reprise va être longue et dure pour les PME» canadiennes.

Une reprise longue et lente pour les PME, prédit la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante

Selon des consultations effectuées auprès de ses membres, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) prédit que la reprise risque d’être longue pour les petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes et québécoises. Même si l’activité économique a redémarré, l’organisme rappelle que ce ne sont pas toutes les entreprises qui ont repris du service.

En fait, 57 % des PME canadiennes sont complètement ouvertes, 34 % d’entre elles fonctionnent avec tous leurs employés et presque le quart (24 %) ont retrouvé des revenus égaux ou supérieurs à ceux d’avant la crise de la COVID-19. Ces données ressortent du suivi de la santé des PME en date de lundi, élaboré par la FCEI.

Toujours selon ce même bilan de santé, le Québec s’en tire mieux que la moyenne canadienne avec 68 % des entreprises complètement ouvertes, avec 40 % qui ont tout leur personnel et avec 30 % qui ont le même revenu ou plus qu’avant le confinement.

«Ça s’explique parce que le Québec a été une des premières provinces canadiennes à rouvrir ses commerces, mais aussi parce qu’elle a été la première à mettre en place des mesures pour stopper la propagation», explique François Vincent, vice-président à la FCEI.

Parmi les secteurs qui ont repris un certain erre d’aller dans l’ensemble du Canada, notons ceux de l’agriculture (81 %), de la construction (79 %), l’industrie manufacturière (71 %) et les services professionnels (71 %). De l’autre côté du spectre se trouvent ceux de l’hébergement (30 %), des services sociaux (46 %), des institutions financières (52 %) et de la gestion d’entreprises (54 %).

Cela se traduit par un optimisme plus que prudent de la part des PME canadiennes sur la période qu’il faudra attendre avant de retrouver leur rentabilité. Plus de la moitié (53 %) des propriétaires de PME croient que cela prendra plus de six mois pour retrouver leurs niveaux de rentabilité normaux d’avant la crise. Et même près du tiers (30 %) estiment que cela leur prendra plus d’un an. Enfin, ils sont 5 % à craindre de ne plus jamais encaisser les mêmes bénéfices qu’avant la crise.

Au Québec, les propriétaires de PME sont moins optimistes. Près de la moitié de ceux-ci estiment qu’il sera difficile d’envisager de retrouver sa rentabilité avant six mois, et 28 % croient que cela prendra plus d’un an.


« La reprise va être longue et dure pour les PME: ce ne sera pas un sprint, mais bien un marathon. »
François Vincent, vice-président à la FCEI

Même si certains secteurs, comme l’alimentation, qui n’ont pas arrêté durant les mesures pour ralentir la propagation du coronavirus, cela ne signifiait pas l’Eldorado pour eux. Dans bien des cas, l’augmentation de revenus en raison d’un achalandage accru en temps de confinement a été amoindrie ou annulée par la hausse de coûts générée par les mesures de protection ou de frais bancaires en raison des paiements par cartes de débit ou de crédit, selon M. Vincent.

Achat local

La FCEI a par ailleurs lancé une initiative, dont un site Web, pour promouvoir l’achat local dans les commerces de proximité. «On a remarqué que les consommateurs ont eu tendance d’acheter en ligne ou dans les grandes surfaces pendant la période du confinement», confie le vice-président pour le Québec. «Notre initiative, c’est pour aider les petits commerces indépendants et puis de rappeler aux consommateurs l’importance des petits commerces de proximité. Et l’importance de l’achat local.»

Dans le site www.jechoisispme.ca, la FCEI offre des conseils et des outils aux consommateurs et aux PME. «Dans notre initiative, on lance des défis aux consommateurs pour partager leurs expériences positives, pour partager l’importance des PME. On a eu 9781 personnes qui ont utilisé notre mot-clic #JechoisisPME. On est contents de cet engouement.»

Le site mis en ligne par la FCEI énumère également les différentes initiatives pour favoriser l’achat local, comme le Panier Bleu, Acheter Québécois, Ma Zone Québec, etc. Pour les PME, le même site offre des affiches pour stimuler l’achat local et susciter un engagement de la part des consommateurs.

Aides gouvernementales

Bien que satisfaisantes, les programmes d’aide gouvernementale pourraient être améliorés, selon la FCEI.

«On est contents des mesures qui ont été adoptées et de la rapidité des gouvernements et de l’écoute qu’ils ont eue. Il y a eu des modifications sur les modalités d’aide au fédéral, mais on pense qu’on pourrait faire mieux pour les programmes qui sont en place et à les faire atterrir, les maintenir et les moduler pendant que la réouverture est encore en place», répond d’emblée M. Vincent.

«On pourrait aussi améliorer l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial qui se rend difficilement aux entreprises dans le besoin. […] Du côté de Québec, on pourrait mettre en place un programme de subventions pour aider les entreprises qui sont encore fermées, pour avoir plus de liquidités ou les aider à absorber les coûts importants pour la réouverture», conclut-il.