Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe
Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe

Une plainte au Tribunal administratif du travail contre le ministre de la Famille

Le torchon brûle entre le gouvernement de François Legault et les responsables de garde en milieu familial.

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ) disent avoir déposé une plainte au Tribunal administratif du travail pour ingérence et entrave aux activités syndicales.

Dans un communiqué publié mardi soir, la FIPEQ-CSQ accuse le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, et ses représentants «d’attaques virulentes répétées» à son égard, au moment même où ses membres en milieu familial doivent se prononcer sur les offres finales du gouvernement.

En point de presse plus tôt dans la journée, le ministre Lacombe a reproché à la FIPEQ d’encourager ses membres à agir illégalement en facturant rétroactivement les parents pour la place que leur enfant n’a pas occupée pendant la crise sanitaire.

«Je le redis aux éducatrices : respectez la loi, n’embarquez pas dans ce jeu du syndicat. Vous avez reçu assez de sommes pour vous permettre de couvrir ces contributions parentales là, et, si vous vous faites prendre, ce n’est pas le syndicat qui va payer l’amende de 1000 $ à 6000 $, c’est vous», a-t-il déclaré.


« Je le redis aux éducatrices : respectez la loi, n’embarquez pas dans ce jeu du syndicat. Vous avez reçu assez de sommes pour vous permettre de couvrir ces contributions parentales là, et, si vous vous faites prendre, ce n’est pas le syndicat qui va payer l’amende de 1000 $ à 6000 $, c’est vous. »
Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe

La présidente du syndicat, Valérie Grenon, y voit «une forme d’intimidation complètement inacceptable».

«Plutôt que de nous accuser de tous les maux dans les médias, le ministre devrait clarifier la situation avec son ministère», peut-on lire dans le communiqué de la FIPEQ-CSQ.

Selon une «instruction» transmise vendredi par le ministère de la Famille, Québec ne dédommagera les garderies que pour les places qui ne peuvent être occupées en raison de la baisse du ratio d’enfants par éducatrice dans le cadre de la pandémie.

Or, le syndicat avait compris que le gouvernement paierait également la note pour les parents qui ont choisi de réserver la place de leur enfant tout en le gardant à la maison jusqu’au retour à ce qui serait la normale dans le réseau — le 22 juin en zone froide et le 13 juillet en zone chaude.

Au début mai, en s’excusant d’avoir incorrectement dit quelques jours plus tôt que les places seraient maintenues gratuitement jusqu’au 1er septembre, le ministre avait écrit sur Facebook que les parents «n’auront pas à payer avant le retour À LA NORMALE du réseau, ce printemps ou cet été, lorsque nous permettrons un retour de 100 % des enfants».

Dans un communiqué transmis lundi, la CSQ soutenait que le gouvernement caquiste a «trahi sa parole deux fois plutôt qu’une» sur le remboursement de la contribution parentale.