Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les installations de Productions Horticoles Demers à Lévis, photographiées mardi
Les installations de Productions Horticoles Demers à Lévis, photographiées mardi

Une nouvelle serre de 70 M$ pour Productions Horticoles Demers [PHOTOS]

Jean-François Tardif
Jean-François Tardif
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
C’est à Lévis que l’on retrouvera bientôt l’une des plus grandes serres de fruits et légumes au Québec. Les Productions Horticoles Demers ont annoncé la construction d’une nouvelle aire de production d’une superficie de 15 hectares qui permettra à l’entreprise de plus que doubler sa production. Le projet, d’une valeur de 70 millions $, permettra la création de 150 emplois.

«Cette nouvelle serre sera à la fine pointe de la technologie et elle nous permettra d’offrir une plus grande diversité de produits», a mentionné M. Jacques Demers, président-directeur général des Productions Horticoles Demers. «Nous y produirons des tomates, des concombres, des poivrons et des aubergines, des produits frais, goûteux et variés, et ce 12 mois par année.

«Grâce à cette nouvelle serre, nous serons maintenant en mesure d’offrir plus de 175 millions de portions de fruits et de légumes aux Québécoises et aux Québécois chaque année, soit l’équivalent de leurs besoins pour 20 jours (10 portions de fruits et de légumes de 100 g par jour) dans l’année. Plus que jamais les Québécois qui achèteront des légumes pourront faire rouler l’économie d’ici. C’est aussi un pas vers l’autonomie alimentaire. Les Québécois veulent manger des produits d’ici et nous sommes fiers de leur offrir davantage de ces produits.»

De gauche à droite : le président-directeur général des Productions Horticoles Demers, Jacques Demers, le ministre de l'Agriculture, André Lamontagne, et le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, en conférence de presse, mardi

Le président-directeur général de l’entreprise lévisienne a ajouté que choisir les fruits et les légumes Demers, c’était aussi faire un choix environnemental. Grâce à l’hydroélectricité du Québec Les Productions Horticoles Demers profiteront d’une énergie renouvelable à faible émission de carbone qu’elles transformeront en aliments frais, nutritifs et de qualité pour approvisionner les familles québécoises durant les mois froids de l’année. Une responsabilité que la famille Demers est fière de remplir.

«Avec nos installations de Lévis et de Drummondville, nous réduisons l’importation de produits qui ont très souvent voyagé sur des milliers de kilomètres avant d’arriver sur les tablettes de nos épiceries. L’investissement d’aujourd’hui nous permettra d’offrir encore plus de produits Demers dans les supermarchés québécois et de diminuer l’empreinte carbone à cause de la proximité des marchés.»

C’est grâce à la participation financière de plusieurs partenaires que Les Productions Horticoles Demers ont pu aller de l’avant avec leur projet. L’entreprise lévisienne a reçu deux prêts remboursables avec intérêt du gouvernement provincial. Un premier par l’entremise d’Investissements Québec de 25,1 millions $ du ministère de l’Économie et de l’Innovation et un second de 5 millions $ d’investissement Québec par le biais de ses propres fonds. S’ajoute une subvention de 2, 5 millions $ de Transition Énergétique Québec. Le Fonds de solidarité FTQ (7,5 millions $), Desjardins Capital (3,7 millions $) et Capital Financière Agricole Inc. (1,1 million $) se sont aussi impliqués financièrement dans le projet. Une fois le complexe de serres en activité, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation versera une subvention pouvant atteindre un montant maximal de 23,1 millions $ sous la forme d’un rabais d’électricité pour la période allant de 2022 à 2030.

«En plus de générer des retombées économiques considérables pour la région de la Chaudière-Appalaches et le Québec, le nouveau complexe de serre diminuera notre dépendance aux importations de légumes frais», a analysé Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’innovation. «Ce projet rejoint également la volonté du gouvernement du Québec de doubler la superficie de culture en serre pour permettre aux Québécois d’avoir accès à des fruits et des légumes locaux à l’année et augmenter notre autonomie alimentaire. L’appui gouvernemental que nous annonçons viendra consolider nos efforts visant à favoriser la production locale et l’achat québécois au sein du secteur bioalimentaire.»

Prête à l’automne

Fondée il y a plus de 60 ans à Saint-Nicolas par André et Yolande Demers, les Productions Horticoles Demers est une entreprise familiale à propriété 100 % québécoise de troisième génération. Spécialisée dans la culture de légumes en serres, elle cultive aussi pendant la période estivale des fraises, des framboises et des mures. Avant de se lancer dans la construction de leur nouvelle serre, Les Productions Horticoles Demers pouvaient compter à Lévis et Drummondville sur des installations totalisant 12,5 hectares. L’entreprise produisait annuellement 7500 tonnes de fruits et de légumes et offrait de l’emploi à 300 travailleurs pendant la haute saison, soit du mois d’avril au mois de novembre.

C’est à l’automne que la construction de la nouvelle serre des Productions Horticoles Demers sera complétée. Elle sera construite avec des matériaux de qualité supérieure, notamment en ce qui a trait au verre qui permet de laisser pénétrer la lumière naturelle, et elle profitera d’équipements de haute performance afin de minimiser les pertes de chaleur. Elle utilisera aussi des technologies de pointe pour la production durant les mois d’hiver grâce à l’utilisation de l’hydroélectricité du Québec.

Cet amalgame de technologies jumelé à l’expertise de Demers au cours des 30 dernières années permettront à l’entreprise d’offrir des produits frais, de grande qualité et à un prix compétitif.

«C’est une nouvelle étape que nous franchissons dans la croissance de notre entreprise familiale, une des plus grandes entreprises de production en serres au Québec», a conclu M. Jacques Demers.