L’application a permis aux compagnies de taxi de la capitale de répondre à la presque totalité des appels reçus. La hausse de rendement moyenne atteint les 25 % pour l’ensemble du territoire

Une fusion souhaitable pour les taxis

Favorable à une fusion des territoires de taxi dans la capitale, le Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ) estime que l’expérience de l’application Taxi Coop, dans laquelle tous les appels sont traités sur une base régionale plutôt qu’en fonction des territoires, milite en faveur d’un regroupement.

Le gouvernement du Québec a déjà décrété que les territoires des compagnies de taxi de la capitale pourraient être fusionnés à partir du 15 mars. Seules trois compagnies de taxi basées à Sainte-Foy, Taxi Coop Sainte-Foy–Sillery, Taxi Laurier et Hypra, s’y opposent de peur de perdre leur monopole sur le territoire de l’Aéroport Jean-Lesage et sur les trois grands centres commerciaux du boulevard Laurier.

«Rarement a-t-on vu des chiffres aussi probants», déclare Félix Tremblay, porte-parole du RITQ, à propos des données de l’application du 1er janvier au 31 décembre 2018, qui représentent tous les appels reçus via l’application mobile Taxi Coop durant l’année, soit environ 13 % de toutes les demandes à la centrale d’appels de Taxi Coop.

L’application renvoie d’abord à la compagnie du territoire concerné, puis tous les appels qui n’ont pas reçu de réponse en 30 secondes (de 22 % à 36 % tout dépendant du territoire avec un pic de 72 % pour Taxi Coop Val-Bélair) sont redirigés vers le système régional qui leur affecte le taxi disponible le plus proche, sans égard à la compagnie.

Hausses de rendement

Ainsi, toutes les compagnies de taxi ont enregistré une hausse de rendement en comparant le nombre total d’appels traités avec le nombre d’appels acceptés en moins de 30 secondes, qui n’auraient pas reçu de réponse ou pour lesquels le client aurait attendu plus longtemps si les appels n’avaient pas été traités en faisant abstraction des territoires.

Pour Taxi Coop Sainte-Foy–Sillery, on parle d’une hausse de rendement de 31 % alors que la compagnie a traité davantage d’appels qu’elle en a reçus grâce à l’application, s’étant fait transférer beaucoup d’appels destinés d’abord aux autres compagnies. Dans le cas de Taxi Coop Val-Bélair, la hausse de rendement est de 30 % et de 28 % pour Taxi Coop 5191. L’augmentation de rendement atteint 22 % chez Taxi Coop Beauport et de 15 % chez Taxi Coop Charlesbourg.

De même, l’application a permis aux compagnies de taxi de la capitale de répondre à la presque totalité des appels reçus, soit 196 189 sur 197 358 alors que près de 53 000 appels n’auraient pas eu de réponse en moins de 30 secondes. Bref, la hausse de rendement moyenne atteint les 25 % pour l’ensemble du territoire.

«Et comme les appels reçus sur l’application représentent 13 % des appels au total, on pourrait extrapoler en disant qu’environ 407 000 appels de plus pourraient être traités avec une régionalisation des appels et une abolition des territoires», résume Félix Tremblay, estimant que le regroupement profiterait donc également à toutes les entreprises du territoire.