Erik Sied et son invention, l'Under Rocket Mobiliy (URM) qui se retrouvera dans les installations de SpaceX.

Une firme de Québec dans l'oeil de SpaceX

Un entrepreneur de Québec vient de relever haut la main un défi lancé par un ingénieur de SpaceX, la compagnie d’Elon Musk qui expédie des fusées dans l’espace.

Avec André Wagner, Erik Sieb a fondé Creepex en 2011. L’entreprise est spécialisée dans la conception, la fabrication et la distribution d’équipements de garage, principalement des chariots de mécanicien. Elle vend ses produits au Canada et aux États-Unis.

Creepex s’apprête à livrer le premier d’une série de chariots de mécanicien spécialement conçus pour effectuer des travaux et des inspections sous les fusées Falcon 9 de SpaceX.

«Ces engins de l’espace sont construits à l’horizontale», explique M. Sieb. «Ça représente des problèmes importants de positionnement pour les employés qui doivent exécuter des travaux et des inspections dans des positions inconfortables.»

Il y a quelques années, Creepex avait commercialisé son premier produit vedette, le Bodyguard, un lit de mécanicien révolutionnaire.

Mobile et pouvant se glisser sous un véhicule, le chariot de mécanicien est conçu pour résister à la force d’impact au moment de la chute accidentelle d’un véhicule. La structure de protection intégrée au Bodyguard permet de supporter une masse de 30 000 livres.

Avec son invention, Erik Sieb a été invité à l’émission de télévision américaine Jay Leno’s Garage. Le Bodyguard fait également la tournée des salons industriels dont le SEMA Show qui se tient annuellement à Las Vegas.

C’est à cette occasion qu’Erik Sieb a fait la rencontre d’un ingénieur de SpaceX. Ce dernier a craqué pour le Bodyguard.

«Ils l’ont essayé, mais ce n’était pas l’idéal pour les gens de SpaceX. Ils m’ont alors demandé si je pouvais les aider à régler les problèmes de positionnement des travailleurs. Moi, les défis, ça ne me fait pas peur. Je n’étais certainement pas pour refuser celui que me demandait de relever la compagnie d’Elon Musk. Une occasion de ce genre, ça ne passe jamais deux fois», explique Erik Sieb qui a eu l’occasion de visiter les installations de SpaceX à Hawthorne en Californie.

L’Under Rocket Mobility

À Québec, avec son équipe, l’entrepreneur a planché sur son nouveau chariot de mécanicien ergonomique et polyvalent pendant une année. 

Le fruit de leur labeur s’appelle l’Under Rocket Mobility (URM). Il pèse 100 livres. Équipé de quatre roues multidirectionnelles, il se déplace facilement. Il peut aussi s’incliner dans diverses positions permettant ainsi aux ouvriers et techniciens de SpaceX de travailler minutieusement et confortablement sous les fusées Falcon 9. «Les experts de SpaceX sont tombés sous le charme de notre prototype. Ils nous ont donné le feu vert pour commencer la fabrication.»

«Grâce à sa maniabilité et à ses multiples ajustements, il peut s’adapter à plusieurs autres applications dans diverses industries telles que l’aéronautique, le transport ferroviaire, le transport routier, ou toutes autres industries qui nécessitent une position de travail précise et sécuritaire», indique Erik Sieb en soulignant que la collaboration avec SpaceX allait éventuellement ouvrir d’autres portes à Creepex.

Selon l’entrepreneur de Québec, le premier URM prendra la route de la Californie dans les prochaines semaines. «Il reste encore de légers ajustements à apporter.»

Il ne sait pas encore combien de chariots de mécanicien va commander SpaceX.

«Nos interlocuteurs nous ont prévenus que leur commande ne nous permettra pas de couvrir tous les frais de développement de l’Under Rocket Mobility.»

L’inventeur admet ne pas avoir comptabilisé à la cenne près les coûts de conception et de fabrication de l’URM. «Moi, je développe des choses. Mon temps, je ne le compte pas.»