Le Château Frontenac

Une entente de principe se dessine dans les négociations au Château Frontenac

Les moyens de pression des employés du Château Frontenac ont été suspendus et les négociations en cours entre la direction et les 400 employés affiliés à la CSD pourraient déboucher dès lundi sur un accord de principe.
C'est ce que laissaient entendre des sources syndicales et patronales vendredi. Les points de discorde n'ont pas été dévoilés, mais selon le porte-parole de la centrale syndicale, Jean-Luc Harel, tout semble concourir vers une entente dans les prochains jours.
«Nous en sommes à la finalisation des textes, précise-t-il, ce qui déterminera s'il y aura une entente de principe qui sera recommandée ou non aux membres lors d'une assemblée générale.»
Marie-Claude Brousseau, porte-parole du Château Frontenac, n'a pas non plus voulu discuter des points d'achoppement soulignant que les parties préféraient garder ces éléments pour les discussions à la table des négociations.
Parmi les moyens de pression utilisés au cours des derniers jours, celui de l'habillement non conventionnel de certains groupes d'employés semblait être dérangeant pour l'image de marque de l'hôtel. Ainsi, la direction a décidé d'annuler le brunch de la fête des Mères de demain.
«Nous avons habitué notre clientèle à des standards de qualité élevés, précisait Mme Brousseau. Pour ne pas froisser nos clients, nous avons préféré annuler cet événement. Tous les clients ayant une réservation ont été contactés personnellement et ils comprennent la situation.»
Mme Brousseau indique aussi que l'annulation des réservations a été compensée par la direction de l'hôtel tout en soulignant que les négociations en cours n'ont pas affecté le professionnalisme des employés ni le climat de cordialité du travail dans son ensemble.
Selon les saisons, le Château Frontenac compte entre 550 et 700 employés. Seuls les 400 employés affiliés à la CSD étaient touchés par les négociations qui ne sont pas liées aux autres établissements de la chaîne Fairmount ni aux négociations sectorielles pour l'hôtellerie dans la région de Québec.