Selon Chantal Routhier, économiste principale de Desjardins, les entreprises manquent de personnel pour continuer leur croissance.

Une croissance plus calme pour les entreprises de la Capitale-Nationale, selon Desjardins

Le vieillissement de la population et le manque de main-d’œuvre devraient freiner la capacité des entreprises à maintenir et développer leurs capacités dans la région, selon les prévisions économiques de Desjardins. Quant aux propriétaires, le prix de vente moyen devrait atteindre sa plus forte progression en cinq ans, une bonne nouvelle pour ceux qui souhaitent vendre leur maison.

La croissance économique prévue pour l’année 2019-2020 pour la région de la Capitale-Nationale se poursuivra, mais lentement. «Comme la croissance au Québec va être moins rapide cette année et l’an prochain, la croissance de la Capitale-Nationale devrait être sensiblement similaire à celle de la moyenne québécoise», explique l’économiste principale de Desjardins, Chantal Routhier.

Les domaines qui contribueront à faire croître l’économie dans la région sont la construction et le tourisme. La question de la main-d’œuvre demeure un enjeu important, et ralentit la croissance des commerces. «Les entreprises se concentrent sur le maintien de la clientèle et développent de moins en moins de nouveaux marchés. Elles manquent de personnel pour continuer leur croissance», observe-t-elle.

Population vieillissante

Le vieillissement de la population et le départ à la retraite sont intrinsèquement liés à ce manque de main-d’œuvre. «Une étude d’Emploi-Québec nous permet de voir que 82 % des postes qui seront à pourvoir de 2017 à 2021 sont liés au départ à la retraite», souligne Mme Routhier. Le vieillissement démographique dans la Capitale-Nationale est plus prononcé que la moyenne québécoise, ce qui pose problème dans la région. «Le marché du travail a reculé. On ne pourra pas aller chercher des gains très élevés puisqu’on a un taux de chômage pratiquement au plein emploi», détaille-t-elle. Le taux de chômage de la région devrait être le troisième plus faible au Québec après les régions de Chaudière-Appalaches et Abitibi-Témiscamingue. 

La valeur des maisons augmentera

Le prix de vente moyen des propriétés de la Capitale-Nationale devrait croître de 2.8 % en 2019-2020, sa plus forte progression en cinq ans. «Quand on a une croissance du prix de vente moyen, c’est une valeur qui s’accroit sur la maison également», explique l’économiste. Selon Chantal Routhier, cette augmentation a défié les pronostiques qui avaient été faits sur la province et sur la région. «Avec un marché de l’emploi qui va bien, une économie en santé et avec un taux directeur qui ne devrait pas bouger encore pour un très bon moment, cela favorise une activité soutenue pour le marché de l’habitation», remarque Mme Routhier. 

Cette augmentation de la valeur des maisons signifie que le marché est dynamique. «Cela se répercute sur l’activité résidentielle et cela vient soutenir la croissance et l’accélération du prix de vente moyen», souligne-t-elle. La revente des propriétés existantes devait se replier en 2020, tout en demeurant en croissance.

De nouveaux résidents à Québec

La région de la Capitale-Nationale continue à attirer de nombreuses personnes, que ce soit de l’international ou de différentes régions du Québec. «On voit que la région continue d’attirer. Pour ce qui est des gains migratoires, la majorité provient des régions du Saguenay — Lac Saint-Jean, de la Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent et de la Montérégie», explique Mme Routhier. L’année dernière, 1521 personnes se sont établies dans la région. «Il faut continuer nos efforts pour attirer le monde d’ailleurs. À l’interrégional, cela baisse un peu, mais ce n’est pas du tout inquiétant. Mais à l’international, on maintient un très bon solde», souligne-t-elle. Pour ce qui est de l’accroissement démographique de la Capitale-Nationale, elle sera légèrement moins rapide, et en dessous de la moyenne provinciale. 

Un tourisme bénéfique

Le secteur du tourisme est dans une très bonne voie et aide à accroître l’économie de la région. «Québec est reconnu mondialement. C’est un marché qui est en émergence depuis quelques années», observe l’économiste. Son attrait touristique est profitable pour les habitants de la région. «Le dynamisme du tourisme contribue beaucoup à la qualité de vie et au bonheur des citoyens», explique Mme Routhier. Le tourisme sera en plein essor pour l’année 2019-2020.

Selon les prévisions économiques, la fluidité des personnes, des transports et des marchandises restera préoccupante pour l’année à venir. Le troisième lien et le réseau structurant de transport en commun seront au cœur des discussions pour répondre à cet enjeu de premier plan dans la région.