-

Un problème de moisissure oblige L'Escale de Cap-Rouge à reconstruire un édifice

Un problème majeur de moisissure découvert au centre de réadaptation pour filles L'Escale de Cap-Rouge oblige le centre jeunesse de Québec à reconstruire d'urgence un édifice neuf d'ici trois à cinq ans. Une facture qui s'élève à plus de 27 millions $.
Des travaux effectués il y a huit mois sont à l'origine de la découverte. «C'est une problématique d'infiltration d'eau depuis plusieurs années», explique le directeur général du Centre jeunesse de Québec (CJQ), Jacques Laforest. «On a investigué et on s'est aperçu qu'il y avait de la moisissure dans les murs. On a vérifié un peu partout et c'était la même chose. C'est structurel», explique celui pour qui le statu quo est impossible.
Le vieux bâtiment construit en 1972 ne semble plus pouvoir remplir son mandat. «C'est un milieu de vie. Il y a des gens qui y vivent 24 heures sur 24. Nous pouvons accueillir jusqu'à une soixantaine de jeunes filles, et une cinquantaine de personnes y travaillent.»
Les tests de qualité de l'air réalisés à ce jour ne révèlent aucun problème de salubrité, précise le directeur. N'empêche, il faut faire vite pour redonner aux pensionnaires et aux travailleurs un bâtiment qui ne présentera aucun risque pour la santé.
Le CJQ a analysé trois scénarios. La rénovation a été écartée parce qu'elle a été jugée trop dispendieuse. Elle coûterait quelque 15 millions $. Déménagé dans des locaux existants serait aussi trop coûteux parce que L'Escale a besoin de salles adaptées dont certaines sont sécurisées.
Dans ces circonstances, M. Laforest considère que la solution la plus avantageuse est de reconstruire à neuf, possiblement dans un bâtiment connexe au centre de réadaptation pour garçon Le Gouvernail, dans Beauport.
Pas question d'en faire un établissement mixte. Garçons et filles posséderaient leur aile distinctive, mais certains équipements seraient partagés. «On estime que ça coûterait environ 27 millions $ pour un édifice aux normes d'aujourd'hui», précise le dg.
Dans le meilleur des cas, la réalisation des plans et la construction prendront de trois à cinq ans. «C'est gros. Une bâtisse comme ça, il faut bien la penser», souligne M. Laforest.