François Audet, fondateur et copropriétaire du Groupe Résidences du Patrimoine, et Réal Bourdeau, président de Constrobourg,  se sont inspirés d'un village aux Pays-Bas dédié aux gens souffrant de la maladie d'Alzheimer pour bâtir leur concept. 

Un premier «mini-village» Alzheimer

Deux entrepreneurs de la région de Québec vont créer dans Lebourgneuf «un mini-village» pour les gens atteints de troubles cognitifs, comme la maladie d'Alzheimer, a appris Le Soleil. Leur objectif : offrir à ces personnes une vie similaire à celle avant leur maladie.
Épicerie, bistro, salle polyvalente, cuisines, jardins, salons privés et terrasses, le projet de 44 millions $, voisin de l'édifice Promutuel Assurance sur le boulevard Lebourgneuf, prévoit plusieurs commodités pour permettre aux résidents de «continuer à vivre leur vie tout en conservant une certaine dignité», malgré leur perte cognitive. Et oubliez les uniformes traditionnels des préposés aux bénéficiaires et des infirmières. Chaque travailleur devra s'habiller comme dans sa vie de tous les jours.
Les promoteurs derrière l'aventure, le Groupe Résidences du Patrimoine et l'entreprise Constrobourg indiquent s'être inspirés d'un village aux Pays-Bas dédié aux gens souffrant de la maladie d'Alzheimer pour bâtir leur concept. D'ailleurs, il s'agit d'une pratique plus répandue du côté de l'Europe. 
Bâtiments de sept étages
Le chantier, prévu pour l'automne, se déroulera en deux phases sur un terrain d'une superficie de 95 000 pieds carrés. Les deux bâtiments, dont le rez-de-chaussée sera consacré aux espaces communs, seront d'une hauteur de sept étages et posséderont chacun plus ou moins 164 chambres. Afin d'offrir un environnement sécuritaire, les édifices seront découpés en 12 unités prothétiques. Chaque module aura «son degré de risque», selon les troubles cognitifs. Le dernier étage sera consacré aux soins de fin de vie. 
Le premier complexe devrait accueillir ses locataires vers la fin 2018. Il sera relié par une verrière (un jardin intérieur) au second, dont la construction débutera en fonction de la demande. À terme, 150 emplois seront créés.
«On veut redéfinir la relation entre un patient et un résident. On sort des standards. [...] Les gens n'auront pas l'impression d'être emprisonnés», indique le fondateur et copropriétaire du Groupe Résidences du Patrimoine, François Audet. «L'idée est qu'ils marchent toujours et qu'ils puissent se promener. Qu'ils ne se sentent pas comme dans un CHSLD. [...] Accompagnés d'un membre de leur famille ou d'un responsable, ils pourront aller à l'épicerie. Ils vont avoir un compte», poursuit celui qui détient six résidences pour personnes âgées - environ 700 unités - à travers la province. 
Depuis 2010, certains de ses établissements ont d'ailleurs une section réservée aux gens pris avec la maladie d'Alzheimer. Il confie que la demande pour ce type de soins est en forte progression.
Les deux bâtiments, dont le rez-de-chaussée sera consacré aux espaces communs, seront d'une hauteur de sept étages et posséderont chacun plus ou moins 164 chambres.
Projet privé
M. Audet précise qu'il assume entièrement avec son partenaire d'affaires le risque financier de ce chantier. Aucune entente n'a été conclue avec le gouvernement, notamment pour faire partie du réseau des ressources intermédiaires. Les deux hommes d'affaires souhaitent également intégrer certaines technologies dans leurs établissements. Par exemple, ils envisagent de mettre à la disposition des résidents des tablettes numériques pour qu'ils puissent se faire un agenda. «Nous souhaitons amener une meilleure qualité de vie à ces gens-là, maintenir leur autonomie et diminuer leur stress», affirme Réal Bourdeau, président de Constrobourg, ne cachant pas qu'il songe à développer ce concept à d'autres endroits à travers la province. 
Les commodités offertes sur le site seront réservées exclusivement aux résidents et à leur famille. Le coût mensuel de chaque unité variera entre 4200 $ et 5800 $, tout dépendamment des besoins. L'architecte du projet est la firme Coarchitecture Normand Hudon.
Dans la région, La Maison Écho du Coeur offre un service similaire, toutefois à moins grande échelle. Fondée en 2009, cette résidence peut accueillir neuf personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer au stade léger ou modéré.
À travers la province, plus 125 000 personnes sont actuellement atteintes de la maladie d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée, dont 15 000 citoyens dans la grande région de Québec. Au Canada, 747 000 personnes sont victimes d'une maladie cognitive. D'ici 15 ans, 1,4 million de personnes en seront atteintes, estime la Société Alzheimer de Québec. 
En janvier dernier, Le Soleil révélait que le Groupe Résidences du Patrimoine et Constrobourg prévoyaient construire une résidence pour personnes âgées d'environ 570 logements à L'Ancienne-Lorette. Les travaux pour la phase 1 devraient commencer en mai.