Le nouveau décor du centre dentaine Girard et Martineau est épuré (blanc, lustré et tout en courbes).
Le nouveau décor du centre dentaine Girard et Martineau est épuré (blanc, lustré et tout en courbes).

Un premier hôpital d’implantologie dentaire à Québec

Jean-François Tardif
Jean-François Tardif
Le Soleil
À la veille de célébrer son 35e anniversaire, le centre dentaire Girard et Martineau, qui offre de la dentisterie générale en plus de se spécialiser en implantologie majeure, passe à la vitesse supérieure. Grâce à des investissements de 1,5 M$, le Dr Georges Girard n’a pas seulement modernisé sa clinique et augmenté sa superficie, il y a aussi installé le premier hôpital d’implantologie dentaire à Québec et même dans l’Est-du-Québec.

Concrètement, le patient qui se rend au centre dentaire Girard et Martineau, situé aux Hales Cartier, pour une implantologie y retrouve tous les services dont il a besoin sous un même toit, soit les départements de diagnostic, de radiologie, de planification, de reconstruction prothétique, de laboratoire et chirurgical. Cette concentration de services lui permettra de limiter ses déplacements et même dans bien des cas, de quitter la clinique avec ses nouvelles dents près une seule visite «Tous les services sont réunis et donc, tous les spécialistes gravitent autour du patient», a indiqué le Dr Girard. «Le patient est pris en charge de A à Z et même après Z parce que nous faisons l’entretien de sa prothèse et on le coache pour qu’il n’ait pas de problèmes et que notre travail dure. Les soins sont prodigués sans compromis avec les implants et les technologies les plus reconnus au monde afin de fournir au patient un traitement très complexe, de très haute qualité et, parce que nous avons aussi dans notre ADN la démocratisation des soins en implantation, à un coût inférieur à celui du marché.»

«C’est une offre de service unique tant par l’approche de “guichet unique” que par la plus grande accessibilité financière des soins. Je ne connais pas personnellement d’autres cliniques à Québec et même à peut-être à Montréal qui fonctionnent comme nous le faisons».

La notion d’hôpital est unique pour une clinique privée parce qu’elle suppose un environnement où la stérilisation et l’asepsie sont aussi rigoureuses que dans un hôpital. La clinique dentaire Girard et Martineau peut d’ailleurs compter sur quatre préposés uniquement dévoués à la stérilisation, à l’asepsie, au ménage et à la désinfection. Au total, 25 professionnels composent l’équipe du Dr Girard. «J’ai un idéal dans la tête et je veux le réaliser. Et c’est vers ça que je m’en vais.»

Dr Georges Girard a mentionné qu’il était un amateur de science-fiction. Il a qualifié le nouveau design de sa clinique de futuriste pris dans les années 1960 puisqu'il est inspiré du film 2001 Odyssée de l’espace.

Un décor futuriste

Même si c’est en juin dernier que l’hôpital d’implantologie du centre dentaire Girard et Martineau a pu recevoir ses premiers patients, ce n’est que la semaine dernière que les travaux dans la clinique ont été menés à terme. Ils ont permis au centre dentaire d’ajouter 3500 pieds carrés à la superficie de ses installations qui passent à près de 10 000 pieds carrés. La décoration a aussi été refaite à la grandeur.

Parlant du décor et épuré (blanc, lustré et tout en courbes) qu’il avait donné à son environnement professionnel, le Dr Girard a mentionné qu’il était un amateur de science-fiction. Il a qualifié le nouveau design de sa clinique de futuriste pris dans les années 1960.

«Le design est inspiré du film 2001 Odyssée de l’espace. On est partie de cette idée-là avec le designer que j’appelle un génie méconnu, et on a monté le projet. J’avais une idée. Ça me prenait un œuf au milieu de la réception, au milieu de la clinique. Et juste cet œuf-là a nécessité au-delà de 200 heures de travail.»

«Le décor est très aseptisé et apaisant. Bien sûr, il n’était pas question de la COVID lorsque nous avons travaillé à créer notre nouveau décor. Mais ça rassure beaucoup les gens d’avoir un milieu qui est non seulement très aseptique, mais qui en plus, paraît comme ça.»

Dr Georges Girard