Le terrain commercial de Charlesbourg accueillera dans la première phase une station-service Pétro-Canada, deux restaurants, A&W et Benny&Co, et un lave-auto.

Un pôle commercial au Boisé du Bon-Pasteur

EXCLUSIF / Les travaux d’un projet commercial piloté par Odacité, dans le secteur de la rue Georges-Muir et de l’autoroute Laurentienne à Charlesbourg, commenceront dans quelques jours. L’ouverture est prévue cet automne et il accompagnera le projet de 230 unités résidentielles du Groupe Custeau.

Le terrain commercial de 330 475 pieds carrés accueillera dans la première phase une station-service Pétro-Canada, deux restaurants, A&W et Benny&Co, et un lave-auto. Un local est encore disponible, mais le promoteur immobilier est certain de le louer dans les prochains mois.

«C’est un secteur très intéressant pour nous avec le projet résidentiel du Groupe Custeau et le passage de 50 000 voitures par jour sur l’autoroute 73», souligne le directeur location chez Odacité, Sébastien Morissette. 

Dans une seconde phase prévue pour 2020 ou 2021, le Boisé du Bon-Pasteur pourrait accueillir une épicerie et d’autres magasins comme une pharmacie ou des commerces de proximité.

«On est en pourparlers actuellement avec une épicerie. Une fois que ça sera signé, ça sera facile d’attirer d’autres commerces», mentionne M. Morissette. Au total, le Boisé du Bon-Pasteur pourrait accueillir une dizaine de nouveaux commerces. 

Selon le vice-président Planification et développement urbain du Groupe Custeau, Jean-François Poulin, ce nouveau pôle commercial de quartier représente «une toute nouvelle entrée de ville». «Les nouveaux bâtiments avec une architecture soignée et des plantations abondantes créeront ainsi une nouvelle ambiance et un nouveau sentiment d’appartenance à l’arrondissement de Charlesbourg», fait-il valoir.

«Ces commerces permettront de répondre aux besoins des résidents actuels et futurs. Le nouveau pôle commercial de quartier, situé à distance de marche des résidences et du pôle industriel, favorisa les déplacements à pieds ou à vélo, créant une communauté plus active. En plus d’offrir une nouvelle offre de services, ce pôle commercial offrira aussi de nouvelles offres d’emplois», a-t-il poursuivi.

Des travaux sont aussi prévus à l’intersection avec la bretelle de l’autoroute et permettront une meilleure circulation, plus sécuritaire tant pour l’automobiliste que le piéton.

Projet résidentiel 

Dans le même secteur, le Groupe Custeau, qui est également engagé dans le pôle commercial, travaille depuis 2016 sur un projet de 230 unités résidentielles.

Une première phase de 40 millions $ est en cours de réalisation. Elle offrira 94 nouvelles unités résidentielles. Soit, 64 unifamiliales jumelées et 30 unifamiliales isolées. Les travaux de pavage et de paysagement sont prévus en juin. Les premières constructions devraient voir le jour dès cet été.

«L’ouverture des rues est très attendue, car elle permettra un meilleur accès piétonnier au parc du Bon-Pasteur et son école primaire», a expliqué M. Poulin. 

Pour s’assurer une acceptation sociale, le promoteur immobilier a prévu la création d’un grand milieu naturel protégé de 1,2 million de pieds carrés, soit 44 % du terrain mis en développement en les cédant à la Ville de Québec. «Cette première phase a aussi permis de préserver un énorme milieu naturel entre les résidences et l’autoroute. Plus d’un million de pieds carrés de terrain est maintenant zoné parc et milieu naturel. De nouveaux accès à ce milieu naturel sont prévus à partir des nouvelles rues», a-t-il indiqué.

La seconde phase résidentielle, au nord de la rue de l’Angelot, est prévue pour une trentaine de nouvelles unités résidentielles. Il n’y a par contre pas d’échéancier à ce jour.

Il est aussi actuellement possible de construire des immeubles multifamiliaux sur la rue Georges-Muir. Répartie dans plusieurs immeubles, au total une centaine d’unités de condos ou logements pourraient voir le jour sur les terrains vacants. 

Le groupe Custeau avait acquis en 2016 les terrains du promoteur immobilier Sébastien Leboeuf. Celui-ci avait jeté l’éponge après avoir tenté de construire un écoquartier (Nodelo) de 500 millions $ avec 1800 logements. Le projet n’avait pas reçu l’appui des citoyens du secteur.

La partie n’a pas été facile non plus pour le Groupe Custeau, qui a dû faire face à une opposition citoyenne. En 2017, le projet avait été rejeté par le conseil de quartier. Les membres soutenaient que le projet se retrouvait dans le bassin versant du lac Saint-Charles. La Ville de Québec avait tranché que non.