Un nouveau nom pour la C Series sous Airbus?

MONTRÉAL — Lorsqu'il aura officiellement pris les commandes de la C Series plus tard cette année, le géant Airbus exigerait que cette famille d'avions développée par Bombardier depuis le début des années 2000 adopte rapidement son nom.

Selon l'agence Bloomberg, qui cite des sources anonymes, l'avionneur européen opterait pour la famille «A200». Les noms «A210» et «A230» pourraient ainsi remplacer les CS100 et CS300 — les deux versions de la C Series.

Un tel changement permettrait à la multinationale établie à Toulouse, en France, d'harmoniser son portefeuille de produits. Les C Series se trouveraient tout juste sous la gamme d'avions monocouloirs A320 d'Airbus.

Par courriel, une porte-parole de l'avionneur européen n'a pas voulu s'avancer sur un échéancier, mais elle a néanmoins laissé entendre qu'un changement de nom risquait d'être envisagé.

De son côté, un porte-parole de Bombardier, Simon Letendre, a fait savoir que l'entreprise n'avait pas d'annonce à faire à ce sujet «pour l'instant», ajoutant que l'alliance avec Airbus allait apporter une «immense valeur» au programme.

En vertu de l'alliance annoncée l'automne dernier, Airbus deviendra l'actionnaire majoritaire de la C Series, qui a coûté environ 6 milliards $ US à développer, sans avoir à verser un seul sou. La part de Bombardier passera à 31 pour cent. Celle du gouvernement québécois — qui a injecté 1 milliard $ US en 2015 — passera à environ 19 pour cent.

En échange, l'avionneur québécois pourra miser sur la force de vente de son partenaire et son service après-vente pour convaincre les acheteurs potentiels.

Les deux avionneurs s'affairent toujours à finaliser leur alliance, qui, selon certains observateurs, devrait être annoncée à temps pour le Salon aéronautique de Farnborough, qui se déroulera en juillet au Royaume-Uni.

Pilule difficile à avaler

Bien conscient que la pilule pourrait être difficile à avaler pour les contribuables québécois, Richard Aboulafia, de la firme américaine Teal Group, croit qu'un changement de nom constitue une option tout à fait logique.

«Une des principales raisons pour le faire est de rassurer le marché en indiquant que la C Series a derrière elle un partenaire qui sera là longtemps», a expliqué l'analyste, au cours d'un entretien téléphonique.
M. Aboulafia anticipe une annonce rapide dès qu'Airbus aura pris le contrôle de la famille d'appareils de Bombardier.

Le professeur Karl Moore, du département de gestion de l'Université McGill, a abondé dans le même sens, ajoutant qu'une intégration au portefeuille d'Airbus devrait contribuer à stimuler les nouvelles commandes.

«Les compagnies aériennes vont considérer cet avion plus sérieusement parce qu'il fait partie du giron d'Airbus, a-t-il analysé. Il ne s'agit pas d'un appareil orphelin construit par une autre compagnie. C'est ce qu'il faut retenir.»
Bombardier comptait 348 commandes fermes pour la C Series en date du 31 décembre dernier.

Même si l'avionneur québécois a remporté sa dispute commerciale contre Boeing, permettant ainsi à la C Series d'être exonérée de droits tarifaires en territoire américain, cela ne l'empêchera pas de construire une ligne d'assemblage aux installations de l'avionneur européen en Alabama. Cette clause figure au cœur du partenariat.

En plus d'un changement de nom, Airbus pourrait serrer la vis aux fournisseurs québécois dans le but de rentabiliser son partenariat.

«C'est le réel problème, a observé M. Aboulafia. Même si vous avez le meilleur avion du monde, s'il est plus cher que ceux d'Airbus ou Boeing, les compagnies vont se demander pourquoi elles devraient payer plus cher.»

Lors d'une visite du premier ministre Philippe Couillard aux installations de la multinationale à Toulouse, le mois dernier, un responsable de l'avionneur européen avait indiqué vouloir faire miroiter une hausse du volume aux fournisseurs québécois dans l'espoir d'obtenir des réductions de prix.