Pour sa première visite en Gaspésie comme premier ministre, François Legault a visité l’usine de transformation Crevette du Nord Atlantique à l’Anse-au-Griffon, en compagnie de la ministre fédérale du Revenu et députée de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine Diane LeBouthillier, du ministre des Transports François Bonnardel (derrière M. Legault) et du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne.

Un grand coup de neuf pour les aéroports gaspésiens!

GASPÉ – Quatre aéroports de la Gaspésie pourront allonger ou améliorer leur piste grâce à des subventions de 21,7 millions de dollars de Québec. Le premier ministre François Legault faisait lundi à Gaspé sa première visite en Gaspésie depuis août 2017, lui qui n’y avait pas mis les pieds pendant la campagne électorale.

La péninsule obtient plus de 20% des sommes du Programme pour l’amélioration des infrastructures aéroportuaires régionales, doté par les libéraux de 100 millions de dollars, un montant qui doit durer jusqu’en 2022.

La MRC du Rocher-Percé recevra 8,33 millions $ pour refaire et allonger sa piste de 1000 pieds (305 mètres) afin qu’elle atteigne 5000 pieds (1524 mètres). Les travaux permettront de « sécuriser «l’atterrissage des avions-ambulances, indique la préfète Nadia Minassian. La nouvelle piste sera «intéressante pour développer des vols nolisés et le tourisme hivernal», ajoute-t-elle.

Gaspé refera et allongera aussi sa piste de 1000 pieds et mettra en service de nouvelles approches aux instruments, avec une aide de 3,58 millions $ de Québec sur un projet totalisant 11,5 millions $. La Ville espère ainsi favoriser la venue de plus gros appareils et une éventuelle concurrence à Air Canada.

Une aide de 5,06 millions $ permettra à Matane de refaire sa piste et d’obtenir une nouvelle aérogare. L’aéroport de Ste-Anne-des-Monts sera aussi doté d’une piste neuve et élargie, grâce à 4,7 millions de dollars.

Ces infrastructures avaient «besoin d’amour», a convenu le ministre des Transports, François Bonnardel.

L’Union des municipalités du Québec chiffre à 400 millions de dollars les besoins des 40 aéroports régionaux de la province d’ici 2022.

François Legault a promis de mettre son nez dans le dossier du prix élevé des billets d’avion, si Air Canada n’offre pas des tarifs raisonnables. «Ils ont un monopole. Ça vient avec des obligations», a-t-il déclaré.

«La dernière fois»

«Même si la Gaspésie n’a pas voté pour la CAQ, on va être votre gouvernement. On va s’assurer que c’est la dernière fois que vous ne votez pas pour nous!», a lancé le premier ministre aux Gaspésiens.

LA CAQ n’a pas de député à l’est de la circonscription de Rivière-du-Loup; des péquistes représentent la Gaspésie.

M. Legault promet de travailler «pour que dans quatre ans, on n’ait plus 14% de chômage, mais le plein emploi en Gaspésie. « Le «nouvel Investissement Québec» qu’il souhaite devra y contribuer, dit-il.

Le premier ministre a abordé spontanément deux prises de position qui alimentent le désamour des Gaspésiens envers la CAQ, soit la cimenterie de Port-Daniel et les parcs éoliens.

Avec 400 millions $ d’argent public dans la cimenterie, on aurait pu créer davantage que 200 emplois, a dit en substance M. Legault.

«Maintenant, elle est construite, il n’est pas question de reculer, on va l’appuyer, elle et ses projets.»

En fait, Investissement Québec a injecté 350 millions de dollars en prêts et en participation dans Ciment McInnis. La Caisse de dépôt et placement a participé en équité à hauteur de 225 millions de dollars. Le projet totalise 1,5 milliard $ et 153 personnes travaillent pour Ciment McInnis et ses principaux sous-traitants.

Quant au domaine éolien, pas question de commander de nouveaux parcs tant qu’Hydro-Québec aura des surplus, a réitéré M. Legault. Dès que ces surplus seront écoulés, «je veux être capable de développer de nouveaux projets dans l’éolien», de l’énergie «qui coûte moins cher que d’autres formes», a-t-il ajouté.

+

12,8 M$ POUR LES PÊCHES

L’ANSE-AU-GRIFFON – Québec ajoute 12,8 millions de dollars sur cinq ans au Fonds des pêches de 30 millions $ déjà annoncé par le fédéral.

Ottawa avait annoncé, dès mars 2017, un fonds de 325 millions $ pour les provinces de l’Atlantique.

Depuis, tant les libéraux de Philippe Couillard que les caquistes de François Legault ont réclamé un montant pour le Québec, qui serait équivalent au poids de ses secteurs de la pêche et de l’aquaculture.

La somme de 42,8 millions de dollars aidera à rendre plus productives et concurrentielles des entreprises de pêche, d’aquaculture et de transformation.

Des projets de recherche  pourront aussi être subventionnés, afin que le secteur s’adapte aux changements climatiques.

Pêcheurs et usines de transformation réclament notamment les moyens de se préparer à la reprise de la pêche au sébaste, un poisson de fond en forte croissance dans le golfe.

«Il est temps que les pêcheurs et les agriculteurs soient vus comme des entrepreneurs, au même titre que ceux dans l’aéronautique», a dit François Legault, présent à L’Anse-au-Griffon pour l’annonce.

Les modalités d’attribution du Fonds ne sont pas encore établies. Un « comité conjoint « fédéral-provincial s’y attelle, a indiqué le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne : «L’objectif est que ce soit en route pour le 1er avril.»