Le dépanneur Couche-Tard de l'avenue Maguire fermera ses portes demain. Selon la directrice de la Société de développement commercial Maguire, Annie Verreault, trois autres commerces ont déjà annoncé leur intention de quitter l'artère de Sillery d'ici le printemps.

Un Couche-Tard «non rentable» ferme ses portes

Couche-Tard ferme son dépanneur de l'avenue Maguire pour cause de «non-rentabilité». Un nouveau signe de la vie de quartier déclinante de Sillery, et des difficultés d'accès à l'artère commerciale, selon la SDC Maguire.
La Société de développement commercial (SDC) Maguire n'en démord pas. Sillery perd en dynamisme devant la population vieillissante et les groupes d'opposants qui s'élèvent contre tout développement sur le site de l'arrondissement historique.
La directrice de la SDC, Annie Verreault, disait craindre dans nos pages, la semaine dernière, que l'opposition citoyenne soit «en train de mettre une cloche de verre sur Sillery». Elle plaidait pour l'arrivée de nouvelles familles, alors qu'elle venait d'apprendre qu'un projet de logements coopératifs sur le site de l'église anglicane St. Michael avait été abandonné, notamment en raison du vent d'opposition.
C'est dans ce contexte que les mauvaises nouvelles s'accumulent pour les commerçants de l'avenue Maguire. Le dépanneur Couche-Tard y fermera ses portes dimanche. La porte-parole de la chaîne, Mélissa Lessard, invoque la «non-rentabilité» de la succursale. La dernière fermeture de Couche-Tard dans la région remonte à décembre 2010, à Lévis.
Le local de l'avenue Maguire serait sur le point d'être loué à un détaillant spécialisé en mets préparés. «Je suis contente que le local ne soit pas vide et que quelqu'un arrive avec une nouvelle idée. Cependant, le commerce de proximité pour acheter ses journaux, sa pinte de lait en soirée, de la bière ou n'importe quel produit, il n'en existera pas. Pour les résidents du secteur, c'est une perte», souligne la directrice de la SDC.
D'autant plus, dit-elle, que trois autres commerces ont déjà annoncé leur intention de quitter l'avenue Maguire d'ici le printemps. Annie Verreault n'a toutefois pas voulu les identifier.
«Ça revient au fait qu'on est en plein coeur du quartier et que la population vieillissante a des impacts importants», affirme-t-elle.
Parcomètres
Mme Verreault précise que l'artère commerciale souffre aussi d'un manque de stationnements et qu'elle n'a pas été aidée par les travaux de réfection de la côte de Sillery, l'an dernier.
L'arrivée imminente de parcomètres n'augure rien de bon pour les commerçants. «Compte tenu de l'achalandage qu'on a en ce moment, ce n'est pas le meilleur moment», tranche Annie Verreault.
La Ville de Québec, qui a annoncé l'ajout de parcomètres sur Maguire lors du dernier budget, doit rencontrer la SDC à ce sujet la semaine prochaine.
Mme Verreault espère convaincre l'administration municipale d'accorder un délai aux commerçants du secteur, le temps d'étudier la «problématique complète» du stationnement.