L'Alliance éolienne de l'Est, en partenariat avec les MRC de L'Islet et de Montmagny, présentera bientôt un projet de parc éolien au gouvernement du Québec.
L'Alliance éolienne de l'Est, en partenariat avec les MRC de L'Islet et de Montmagny, présentera bientôt un projet de parc éolien au gouvernement du Québec.

Un consortium présentera un projet de mégaparc éolien au gouvernement du Québec

MATANE – L'Alliance éolienne de l'Est, en partenariat avec les MRC de L'Islet et de Montmagny, présentera bientôt un projet de parc éolien au gouvernement du Québec. Les coûts prévus pour la construction de ce parc d'une puissance de 1200 MW sont estimés à environ 3 milliards $. Le début du chantier est prévu en 2021. Si chaque éolienne produit 3,45 MW, les quelque 300 turbines seraient érigées sur le territoire des MRC de Rivière-du-Loup, de Témiscouata et de Kamouraska.

«Quand on parle de 3 milliards $, si on fait exception de l'acquisition des turbines, ce n'est pas loin d'un milliard $ en retombées sur le terrain pour les trois à quatre années suivant 2021, via l'ingénierie, la passation de la fibre optique, la construction des chemins, le déboisement, etc.», évalue le président de la Régie intermunicipale de l'énergie du Bas-Saint-Laurent, Michel Lagacé.

Interpelés par Québec

Le consortium répond ainsi à l'invitation lancée aux régions par Québec pour relancer l'économie affaiblie par la crise sanitaire. «Il y a de cela quelques semaines, Hydro-Québec a fait des présentations à ceux qui sont dans l'éolien en disant qu'il y avait des besoins qui commençaient à poindre à partir de 2026, avec une augmentation des besoins pour les années suivantes, raconte Michel Lagacé. Lorsqu'on a eu ces informations-là et qu'on a été interpelés par le gouvernement du Québec sur le fait qu'il fallait favoriser une relance économique énergétique, on a eu des discussions avec les partenaires.»

L'Alliance éolienne de l'Est est formée des régies intermunicipales de l'énergie du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Pour ce projet supra-régional, l'organisme élargit son partenariat aux MRC de L'Islet et de Montmagny en raison du fort potentiel de production éolienne présent sur leur territoire et de la proximité de la ligne principale de transport d'électricité. Par conséquent, le nouveau consortium inclut trois régions administratives, 16 MRC et la Première Nation Malécite de Viger. «On vient diminuer les risques liés à la mise en place de cet immense parc éolien puisqu'on parle d'environ 320 millions$ d'investissements, soutient M. Lagacé. C'est quand même colossal!»

Importantes retombées

Le projet pourrait générer des bénéfices estimés entre 35 et 40 millions $ par année. «C'est vraiment colossal comme bénéfices, soulève celui qui est aussi président de la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent. Quand on parle de 40 millions $ par année sur 25 ans, c'est un milliard $ en bénéfices et ça ne tient pas compte des redevances additionnelles.»

Selon M. Lagacé, les études d'impact environnemental ont été réalisées et le projet est fort bien documenté. Ce qu'il souhaite maintenant, c'est que Québec adopte un décret pour qu'Hydro-Québec puisse procéder au lancement des appels d'offres afin de trouver un ou deux promoteurs privés qui seraient actionnaires à 50%.

Inspiré du parc éolien Nicolas-Riou

Le projet s'inspire de la dernière réalisation de l'Alliance éolienne de l'Est, soit le parc éolien Nicolas-Riou, à l'exception qu'il sera près de six fois plus gros. Les appels d'offres pour la construction du parc Nicolas-Riou, situé dans les MRC des Basques et de Rimouski-Neigette, avaient été lancés en 2014 et sa mise en service commerciale avait eu lieu à la fin de 2017. Michel Lagacé se souvient alors qu'Hydro-Québec n'était pas très favorable à l'idée que la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent travaillent ensemble sur ce projet. «Les gens d'Hydro-Québec croyaient qu'il risquait de ne pas avoir beaucoup de compétition, ni de partenaires privés intéressés et donc, un prix inintéressant. Ça a eu l'effet contraire. C'est la première fois qu'il y a eu un prix aussi intéressant pour Hydro-Québec, donc pour les consommateurs québécois. La moyenne était 6,3 cents [du kWh]. On aimerait bien procéder un peu de la même façon pour aller chercher beaucoup de potentiel de réalisation […].»

Les partenaires de ce nouveau projet utilisent donc la même recette qu'ils jugent gagnante pour un partage équitable des bénéfices, en l'élargissant aux MRC de L'Islet et de Montmagny. M. Lagacé, qui est aussi le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, fonde beaucoup d'espoir dans ce projet. «M. François Legault a toujours dit qu'il fallait des projets avec de bons salaires. Dans le développement éolien, les salaires sont bons !»