Le chef de la direction du Fonds de placement immobilier Cominar et président du Groupe Dallaire, Michel Dallaire

Un complexe de 200 millions $ à Lévis

Québec aura son Phare et Lévis un complexe de 200 millions $ à l'entrée du pont de Québec.
Le chef de la direction du Fonds de placement immobilier Cominar et président du Groupe Dallaire, Michel Dallaire, a dévoilé mardi devant la communauté d'affaires de Lévis sa vision pour la rive sud du fleuve Saint-Laurent.
Pour les 15 prochaines années, le promoteur prévoit investir 1,6 milliard $, dont 1,4 milliard pour réaliser la construction de 7000 unités résidentielles et le développement de 2,3 millions de pieds carrés pour des édifices commerciaux, à bureaux et industriels.
Pour la tête des ponts, à Sainte-Foy, le projet de 650 millions $ baptisé Le Phare - un gratte-ciel de 65 étages - est déjà bien connu du public. Du côté de Lévis, le maire Gilles Lehouillier ne sera pas en reste.
Des plans sont présentement sur la table à dessin pour un nouveau complexe avec plusieurs édifices à vocation mixte, dont des bureaux, des commerces ainsi qu'une offre résidentielle. Les travaux pour les premiers bâtiments sur le site d'une superficie d'un million de pieds carrés situé sur boulevard Guillaume-Couture, près de la succursale Home Depot, devraient débuter au début 2019.
«La superficie du terrain est trois fois celle du Phare», avance M. Dallaire, pour illustrer l'ampleur du chantier qui devrait se réaliser en plusieurs phases.
Pour l'heure, l'homme d'affaires refuse de lever entièrement le voile sur son mégaprojet. Ce complexe pourrait-il héberger des tours de 10, 12 ou plus de 15 étages?
«Oui, cela va dépendre de ce que la Ville nous permettra de faire. J'ai toujours une cible qui est haute, mais ce n'est pas moi qui décide», indique au Soleil avec le sourire M. Dallaire, quelques minutes après son allocution. «On va faire quelque chose qui est dense et structurant, aligné avec la vision de la Ville. Je peux vous garantir qu'on s'en vient avec quelque chose de majeur à l'entrée de Lévis [...] C'est la continuité de l'axe Laurier. C'est une opportunité incroyable de pouvoir investir à la tête des ponts», poursuit-il. Ce dernier assure que son nouveau complexe répond à la vision et au schéma d'aménagement et de développement de la municipalité.
Tout comme pour son développement Le Phare, le promoteur aimerait bien voir le service rapide par bus (SRB) faire escale dans ses installations. Lors de sa présentation, il a de nouveau plaidé l'importance de ce projet pour les deux municipalités.
«Oui, on peut envisager un pôle pour le SRB, mais ce n'est pas moi qui contrôle l'endroit où il va s'arrêter. La seule chose que je peux dire, c'est qu'il doit passer à côté de ce terrain», note M. Dallaire.
Terrain industriel
Au mois de mars, le Groupe Dallaire a vendu à Québec pour 12,96 millions $ un lopin de terre de 320 671 mètres carrés situé dans l'arrondissement de La Haute-Saint-Charles. L'entreprise a été contrainte de jeter aux oubliettes un projet commercial, industriel et résidentiel de 6000 unités pour répondre aux demandes de la Ville qui se cherchait depuis plusieurs mois un nouveau parc industriel. Une situation qui semble n'avoir guère enchanté le promoteur.
«La Ville a pris la décision d'annuler le projet pour faire un parc industriel», explique M. Dallaire. «La Ville m'a informé que cela allait être un parc industriel et nous avons dû nous entendre. Elle voulait être propriétaire d'une partie du terrain. [...] On faisait face à une expropriation», poursuit-il.
Dans la transaction, Québec s'est également dotée d'une option d'achat sur trois autres lots aux alentours.
Les travaux pour les premiers bâtiments sur le site d'une superficie d'un million de pieds carrés situé sur boulevard Guillaume-Couture, près de la succursale Home Depot, devraient débuter au début 2019.
L'après-Beaugarte
Par ailleurs, pour le futur locataire du resto-bar Beaugarte, M. Dallaire confie que l'homme d'affaires Jean-Pier Goulet est responsable du local jusqu'au 30 mai. S'il ne parvient pas à dénicher un nouveau joueur, Cominar, propriétaire de Place de la Cité, prendra les rênes par la suite.
«C'est malheureux pour M. Goulet après tant d'années», avance M. Dallaire. «S'il ne parvient pas à vendre son commerce ou à transférer son bail, nous allons remettre ce local dans le marché locatif. Mais pour le moment, je n'ai aucune discussion avec d'autres bannières», conclut-il.
Le projet Le Phare
Le dossier du Phare «entre les mains de la Ville»
Le projet Le Phare pourrait accuser de nouveau un retard. Le Groupe Dallaire est incapable de dire si la consultation publique pour son complexe de 650 millions $ aura lieu comme prévu ce printemps. Il avance que la balle est maintenant dans le camp de la Ville de Québec.
«Nous sommes toujours en attente de la Ville, ce n'est pas moi qui décide», a confié Michel Dallaire (photo), président du Groupe Dallaire, de passage devant la communauté d'affaires de Lévis. «Nous sommes prêts à commencer dès que nous obtiendrons le feu vert. Actuellement, le dossier est entre les mains de la Ville», poursuit-il, assurant que le projet continue d'évoluer.
Le promoteur craint que les prochaines élections municipales ralentissent le développement de son mégacomplexe de plusieurs bâtiments, dont une tour de 65 étages, à Sainte-Foy. 
«Tranquillement, on s'en va vers les élections [...], si nous ne rentrons pas dans une fenêtre, on va se ramasser après les élections», avance M. Dallaire, estimant que son chantier pourrait être retardé de plusieurs mois, voire même d'un an. «Ce que j'ai appris dans mon métier, c'est qu'il faut être patient. C'est le résultat qui est important. Si ce n'est pas cette année, cela sera l'année prochaine», poursuit-il.
Lorsqu'on consulte le calendrier du conseil municipal, il y a une pause entre le 2 octobre et le 20 novembre. L'élection est prévue pour le 5 novembre.