Modélisation du projet du Centre d’expertise BIM du Cégep Limoilou.

Un centre d’expertise BIM au Cégep Limoilou

Si les méthodes de construction à l’aide modélisation des données du bâtiment (BIM) sont connues depuis quelques années et que le Cégep Limoilou donne des formations sur le sujet, il manquait un lieu adapté pour l’enseignement de cette nouvelle approche multidisciplinaire basée sur la technologie et les données de masse.

C’est pourquoi le collège a entrepris la construction du premier Centre d’expertise BIM au Québec qui ouvrira ses portes à l’automne 2018. En même temps, le Cégep Limoilou donnera les premières attestations d’études collégiales liées au BIM comme le Cégep du Vieux-Montréal, car les deux institutions travaillent en partenariat.

«Le monde de la construction se transforme avec les projets BIM», explique Michel Lesage, directeur du service aux entreprises et de la formation continue du Cégep Limoilou. «Ce n’est plus le fonctionnement en cascade de l’architecte, à l’ingénieur, au constructeur jusqu’aux différents corps de métier. La modélisation des données du bâtiment permet de concevoir un bâtiment dans un modèle de collaboration.»

C’est ce qui s’est fait avec le Centre Vidéotron, aux aéroports de Québec et Montréal-Trudeau. Le modèle de conception BIM a permis de limiter les erreurs, de corriger les possibilités de conflits, de réaliser le projet dans les temps, à moindre coût et en respectant les budgets.

L’utilisation d’une base de données qui se met à jour en temps réels pour les travaux, l’ajout de toutes les composantes avec leurs spécifications intégrées permet de savoir qu’il faut tel type de poutre d’acier, tel type de conduit de ventilation, la plomberie, l’électricité, de sorte que les poutres pourront être percées au bon endroit dès la fabrication pour laisser passer les fils ou la plomberie. Tout est prévu au millimètre près.

Cependant, les donneurs d’ouvrage, les concepteurs, architectes et ingénieurs, et les opérateurs sur les chantiers ne sont pas tous formés pour utiliser la technologie pour la gestion de projet. Le Centre d’expertise BIM veut donc combler les lacunes de formation et de connaissance.


L’ouvrier passe du marteau comme outil à la souris, à l’écran et au processeur pour le travail. «Cela crée un nouveau type d’emploi comme gestionnaire de projet BIM», ajoute Marise St-Pierre, coordonnatrice du service aux entreprises, stages et placement du Cégep Limoilou. 

«Et cela influence même les fournisseurs, car les produits utilisés sont aussi dans une base de données avec toutes les spécifications et caractéristiques. Les fournisseurs devront s’adapter. Par exemple, si le fabricant de portes et fenêtres du Québec n’a pas ses produits dans le catalogue des bases de données, même s’il répond à tous les critères de sélections, le produit choisi proviendra des États-Unis ou d’ailleurs, car il est répertorié dans la gestion d’un projet BIM.»

Ainsi, pour être en mesure de soumissionner sur des projets publics, les constructeurs, les concepteurs et les fournisseurs devront être en mesure de fonctionner dans l’univers de la modélisation des données du bâtiment. Le BIM sera la nouvelle norme.

Aussi pour l’apprentissage

Si les projets avec la modélisation BIM ont des effets sur les chantiers, il y en a aussi dans la formation ailleurs dans le Cégep, car la formation dans certains programmes devra aussi être adaptée en partie pour répondre aux exigences de connaissance de cette technologie. Le centre sera là pour l’apprentissage des cégépiens aussi. Même les entreprises pourront utiliser le centre pour expérimenter la technologie ou pour faire des essais de vérification de leurs projets, précise M. Lesage.

Plus encore, si le modèle BIM est valable pour la construction de n’importe quel édifice, M. Lesage et Mme St-Pierre croient que la méthode s’appliquera à plus ou moins brève échéance dans le secteur du génie civil.

«C’est pour cela que nous voulons être les leaders dans la formation BIM», conclut M. Lesage.

Site Web : www.cegeplimoilou.ca/pebim

***

UN PROJET DE 1 MILLION $

La construction du Centre d’expertise BIM coûtera environ 1 million $, incluant une subvention du fonds d’investissement stratégique du gouvernement fédéral.

Conçu selon la modélisation BIM, il sera situé près de la salle Sylvain-Lelièvre dans un espace inoccupé qui sera agrandi pour les besoins du centre de formation.

Les travaux préparatoires ont été entrepris avant l’hiver et le chantier reprendra au printemps pour une occupation en septembre ou en octobre.

Si le centre est si proche de la salle de concert, c’est que le centre misera sur le réseautage, les conférences et les présentations à de grands groupes pour atteindre ses objectifs. M. Lesage et Mme St-Pierre ne le cachent pas, la région de Québec est en avance dans ce type de projet, mais le Québec est en retard sur ce qui ce fait ailleurs dans le monde que ce soit aux États-Unis, Europe ou en Chine où les projets BIM font en sorte de construire des bâtiments rapidement, efficacement comme s’il s’agissait simplement d’assembler des kits provenant de divers fournisseurs.