La fondatrice et présidente de l'entreprise Un cadeau du ciel, Marie-Ève Chamberland, est entourée, à gauche, par Janie Masson-Laprise, coordonnatrice du service aux entreprises, et de Dany Mathieu, accompagnatrice dans le deuil et conseillère spécialisée.

Un cadeau du ciel: l'entreprise qui réinvente l'héritage

Marie-Ève Chamberland a quitté un emploi confortable dans une compagnie d’assurance pour démarrer une entreprise qui vend de l’«assurance émotion».

Elle planche sur Un cadeau du ciel depuis deux ans.

«En partie à temps partiel, car je travaillais à l’époque pour la SSQ comme gestionnaire d’une équipe en ressources humaines», raconte la jeune femme.

En 2017, son entreprise a été finaliste au Défi OSEntreprise qui récompense les jeunes pousses les plus prometteuses au Québec.

«À partir de ce moment-là, j’ai compris que mon projet, c’était bien plus qu’une bonne idée. Il avait du potentiel au plan commercial.»

Elle tourne donc le dos à sa «grosse job sécuritaire» chez SSQ pour tenter l’aventure entrepreneuriale.

Réinventer l’héritage

Un cadeau du ciel propose de réinventer la notion d’héritage telle qu’on la connaît.

«Enfant, je me souviens d’avoir vu ma grand-mère mettre des 20 $ de côté afin qu’elle puisse laisser un peu d’argent en héritage à sa progéniture. J’ai toujours pensé qu’il devait y avoir une façon différente de le faire», explique Marie-Ève Chamberland.

«Les gens achètent une assurance-vie pour s’assurer que leurs proches ne se retrouveront pas dans un pétrin financier au moment de leur décès. Moi, je propose une assurance émotion.»

Ainsi, avant sa mort, une personne détermine les «attentions personnalisées» qu’elle veut laisser à son entourage et choisit le moment où cet héritage sera livré à sa famille ou à ses amis. Ça peut être un mois, un an ou dix ans après sa mort.

Elle identifie également des connaissances qui seront mandatées d’informer Un cadeau du ciel au moment du décès du client.

«Ce dernier sera d’ailleurs invité à laisser son certificat d’attestation officielle dans un lieu sécurisé permettant ainsi à ses proches de constater, après son départ, la démarche prévue avec nous», lit-on dans la documentation. «Une triple vérification confidentielle sera réalisée afin d'assurer la véracité de l'événement et ainsi activer la démarche

«Tous les héritages affectifs seront conservés dans une voûte de sécurité pour une durée de dix ans. À échéance de la garantie, le client pourra reconduire celle-ci ou nous demander à recevoir prévus pour ses héritiers, selon les modalités prévues à cet effet.»

Réalité virtuelle

L’«assurance émotion» peut prendre la forme de paroles réconfortantes écrites dans une carte distinctive, d’un bijou ou encore d’une vidéo réalisée par des professionnels pour les êtres chers.
Un cadeau du ciel va même plus loin en proposant l’utilisation de la réalité virtuelle.

Avant sa mort, le défunt enregistre un message en réalité virtuelle reproduisant un moment inoubliable que ses êtres chers pourront se remémorer en utilisant des lunettes spécialisées.

Dans son entreprise, Marie-Ève Chamberland s’est entourée de spécialistes du deuil qui accompagnent les clients dans leurs démarches ainsi que les êtres chers au moment de la réception de leur héritage.

Les services offerts se détaillent à partir de 160 $. La facture peut grimper jusqu’à 15 000 $.

L’entreprise (www.uncadeauduciel.ca) va utiliser les réseaux sociaux pour se faire connaître. Évidemment, elle cogne déjà aux portes des entreprises funéraires, des résidences pour personnes âgées et des compagnies d’assurance.

D’ailleurs, le premier client commercial de l’entreprise est SSQ Assurance, l’ancien employeur de Mme Chamberland.

«Nous rendrons d’abord accessibles les services d’Un cadeau du ciel à nos employés et à nos retraités en mode référencement. Par la suite, nous envisagerons la possibilité d’offrir ces services à certains créneaux de notre clientèle », a signalé Éric Trudel, premier vice-président, Stratégies et gestion de l’offre chez SSQ Assurance.