Le premier ministre canadien Justin Trudeau a indiqué en conférence de presse que lors d’un entretien téléphonique avec le président américain Donald Trump, il avait plaidé que les alumineries canadiennes, ralenties par la pandémie, reviendraient bientôt à la production d’aluminium spécialisé, à valeur ajoutée, pour le secteur automobile américain.
Le premier ministre canadien Justin Trudeau a indiqué en conférence de presse que lors d’un entretien téléphonique avec le président américain Donald Trump, il avait plaidé que les alumineries canadiennes, ralenties par la pandémie, reviendraient bientôt à la production d’aluminium spécialisé, à valeur ajoutée, pour le secteur automobile américain.

Trudeau exhorte Trump à oublier les tarifs sur l’aluminium canadien

WASHINGTON — Justin Trudeau a exhorté Donald Trump, lundi, à y réfléchir à deux fois avant d’imposer de nouveaux tarifs sur l’aluminium canadien.

Le premier ministre a indiqué en conférence de presse que lors d’un entretien téléphonique avec le président américain, il avait plaidé que les alumineries canadiennes, ralenties par la pandémie, reviendraient bientôt à la production d’aluminium spécialisé, à valeur ajoutée, pour le secteur automobile américain.

Le spectre de nouveaux tarifs est apparu le mois dernier lorsque les producteurs canadiens ont été incapables de stopper la production même si leurs clients habituels étaient paralysés par la pandémie. Les alumineries canadiennes — essentiellement au Québec — ont alors été forcées de fabriquer une forme d’aluminium plus générique et de l’expédier dans des entrepôts aux États-Unis.

Cette soudaine poussée d’exportations a alarmé certaines alumineries américaines, qui ont alors exhorté le représentant américain au Commerce à imposer de nouveaux tarifs douaniers sur les importations en provenance du Canada.

«J’ai souligné au président à quel point c’est important d’assurer une relance solide de nos économies, a indiqué M. Trudeau lundi matin. Le fait que ces dérangements à cause de la COVID-19 ont créé des enjeux dans notre industrie d’aluminium nord-américaine, mais que c’est en train de se réenligner avec la réouverture manufacturière à travers notre continent, et que j’espérais qu’on allait pouvoir ne pas avoir de tarifs qui allaient venir ralentir une relance économique qui est très importante pour nous deux.»

Le Canada s’est fait discret lors de l’entrée en vigueur, le 1er juillet, de l’«ALENA 2.0», l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM). M. Trump a alors accueilli pour l’occasion à la Maison-Blanche le président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, mais M. Trudeau a préféré demeurer à Ottawa, en invoquant notamment le litige sur l’aluminium et la pandémie de COVID-19.